jeudi 26 décembre 2019

Plan de travail : la révélation

Comme beaucoup de collègues, cela fait une éternité que je m'intéresse au plan de travail.
J'ai lu énormément d'articles, de blogs, de témoignages d'expérience. Cette façon de travailler me semblait infiniment riche, et pour moi c'était un pas de plus vers la différenciation quasi-individuelle. Mais j'avoue que j'avais beaucoup d'appréhensions, dont je parlerai plus tard !

Je suis loin d'être une spécialiste de ce dispositif, mais pour les personnes totalement novices en la matière, il s'agit en gros d'une feuille de route, d'un contrat passé entre l'enseignant et l'élève. Il a une certaine quantité de travail à faire (le contenu est très variable d'une classe à l'autre), mais est libre de s'organiser comme il le veut dans un temps donné.
Après le net regorge d'informations bien plus précises, n'hésitez pas à farfouiller, on tombe sur des perles.

J'ai tergiversé pendant des années, n'osant pas vraiment me lancer. J'avais différentes peurs :
- lourdeur au niveau de l'organisation pour moi : pas forcément envie de me rajouter des tonnes de travail ;
- gestion compliquée pour les élèves : savoir qui fait quoi, qui en est où, et qu'ils arrivent eux-même à se repérer dans les différentes tâches à faire ;
- augmenter la quantité d'élèves qui se la coulent douce en attendant que le temps passe...

J'ai longtemps travaillé en ateliers (j'avais fait tout un travail autour des différentes formes d'ateliers, à retrouver ici). L'année dernière, malgré la présence renforcée d'un maître surnuméraire, cela avait été une semi-réussite (toujours voir le verre à moitié plein !) : pas mal de bruit, d'élèves qui glandouillent, l'impression pour moi d'être au four et au moulin... cette année, j'ai fait le choix de garder la plupart de mes élèves et de les suivre en CE2/CM1 ; j'ai eu donc envie de tester quelque chose de nouveau.

Sans être totalement satisfaite, j'ai proposé un premier document à mes élèves, qui répondait tout de même globalement à mes attentes, à savoir :
- leur laisser 2 thèmes obligatoires (français et maths), avec diverses tâches qui ne requièrent pas ma présence ;
- leur proposer un thème facultatif, plus ludique, pour leur permettre de découvrir les différents coins de la classe et les différentes activités proposées (qui ont été sous-exploitées l'année dernière à mon avis). Egalement, j'ai mis ça en place pour les matins où les élèves se sentent fatigués / moins dans le travail / ont besoin de cocooner un peu.

Je me suis dit que si j'attendais la forme parfaite, c'était voué à l'échec et qu'il vallait mieux commencer et adapter en cours de route. Pour la perfectionniste que je suis, ce fut un gros challenge, mais franchement je ne le regrette pas avec le recul !

De façon pratique, je leur laisse 3 à 4 plages de 45 minutes à 1h par semaine. Le plan de travail doit être terminé en 15 jours. Cela peut sembler peu en quantité de travail, mais je suis en REP et j'ai toujours peur de les noyer. J'ai augmenté petit à petit la qualité de choses à faire, mais pas pour tout le monde.

Le premier plan de travail était identique pour tous les CE2 et les CM1, puis en cours de route, en connaissant mieux les élèves et leurs besoins, j'ai commencé petit à petit à le personnaliser.
Voilà à quoi correspondent les cercles et les cases grises :
- l'élève colorie le cercle lorsqu'il a fini l'activité.
- s'il y a besoin de corriger, je mets une croix dans la première case grise.
- si la correction a été effectuée correctement, je mets une croix dans la deuxième case grise.
- il n'y a pas de cases grises dans "Divers" car ce sont des activités facultatives qui ne nécessitent pas de correction.

Afin que ça ne soit pas la cohue dans les différents coins, j'ai sélectionné 9 activités (jeux en anglais, sur ordinateur, découverte du coin sciences, géoplan...) que j'ai réparties en 3 groupes.

Bilan d'une période avec ce fonctionnement :
- Finalement mon document n'est pas si mauvais que ça. Les élèves se le sont vite appropriés.
- C'est un temps de travail qui leur plait beaucoup ! Ils grandissent, ils sont contents de pouvoir s'organiser par eux-mêmes. 
- Le bruit a considérablement diminué. Comme ils ont une part de choix, ils sont plus investis dans leur travail.
- J'ai pu faire des points réguliers avec les élèves qui en avaient besoin, et qui privilégiaient toujours les activités ludiques. Donc finalement beaucoup moins d'élèves passifs et j'arrive à avoir un regard sur leur avancement.
- J'ai juste rajouté une partie "commentaires" à la fin du document, qui m'aide à faire un point sur le travail fait avec certains élèves.
- J'avais peur de la charge de travail supplémentaire, et en fait c'est juste une autre façon de s'organiser. Préparer les PDT est bien moins chronophage que ce que je le pensais. J'ai un carnet où je note pendant les 2 semaines des choses que j'observe (ce qui fait rire les élèves qui me voient me balader avec mon carnet dans toute la classe), genre : "Machin galère sur cette notion", "Truc a besoin de s'entraîner sur cette notion..." et cela me fait gagner beaucoup de temps.


J'espère que mes réflexions et mon début d'expérience vous donneront envie de vous lancer aussi ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire