dimanche 11 février 2018

Dix questions pour réussir / Apprendre en dix questions

Je fais aujourd'hui une grosse digression par rapport à Montessori pour partager avec vous un outil hyper intéressant sur lequel nous avons beaucoup travaillé sur mon département, et qui a questionné pas mal de collègues : "Dix questions pour réussir" ou "Apprendre en dix questions".

Cet outil m'a été présenté, ainsi qu'aux autres maîtres surnuméraires d'Ardèche, par Thierry Soutoul (PEMF) et Cynthia Schmitt-Starck (coordinatrice du dispositif Plus de maîtres que de classes l'an passé). Les images utilisées dans les documents m'ont été également fournies par cette dernière.

Il s'inscrit dans le mouvement de la pédagogie explicite, et permet d'offrir des repères dans le déroulement d'une séance d'apprentissage. Les élèves qui possèdent les codes scolaires n'ont pas de difficulté à se repérer dans les différentes étapes ; mais pour la majorité des élèves que nous côtoyons, ce n'est pas le cas. Dix questions pour réussir (DQPR) permet donc de lever les implicites liés aux apprentissages. Bref, cela apporte une certaine clarté cognitive, montre qu'une séance d'apprentissage est liée aux précédentes, qu'il existe une certaine invariabilité dans les différentes étapes d'apprentissage (je me suis très largement inspirée de la fiche de préparation de Thierry Soutoul pour mettre au clair les objectifs de DQPR).

Concrètement, pendant certaines séances (pas toutes, sinon ça serait très chronophage voire même contre-productif), nous nous appuyons sur dix questions très précises pour guider les élèves durant les différentes phases d'un apprentissage :

1. Dans quelle matière allons- nous travailler ?
2. Qu’avons-nous appris la dernière fois ? 
3. Qu’est-ce-que je vais apprendre dans ce travail ? 
4. Qu’est-ce que je dois faire ? De quel matériel ai-je besoin ?
5. Comment vais-je faire ? De quels outils ai-je besoin 
6. A quoi doit ressembler le travail fini ?
7. Est-ce que mes premiers résultats sont corrects ?
Est-ce que je dois changer ma façon de faire ? Ai-je besoin d’aide ? 
8. Est-ce que j’ai réussi ? Pourquoi ?
9. Qu’est-ce que j’ai appris ?
10. Que dois-je retenir ?


A noter : nous nommons "matériel" les objets concrets nécessaires pour réaliser la tâche (un crayon, le cahier du jour...) et "outil" toute aide possible pour la réussir (cahier de leçon, affichage...).

Les enseignants ayant un peu de bouteille passent bien souvent par ces étapes mais de manière inconsciente : l'outil permet de poser ça. Les collègues débutants s'en servent pour préparer leurs séances, et vérifier qu'ils n'ont pas oublié une étape.

Nous autres maîtres surnuméraires avons été formés à cet outil, puis nous avons chacun adapté le(s) support(s). Sur mon école, nous avons fait le choix de l'utiliser du milieu du CP au CM2. Les collègues ayant des attentes très diverses sur le rendu visuel, j'ai fait plein de choses différentes que je partage plus bas avec vous !


1. La version "outil collectif papier"

Les questions sont chacune sur une bande de papier coloré (qui cache la question suivante), les pictos sont en face de la question, de la même couleur. Les couleurs n'ont pas d'importance, mais bien penser à harmoniser le picto et la question.



Je vous laisse en téléchargement les étiquettes questions et les pictos (ici et ).

2. L'outil individuel

Je l'ai créé à l'origine pour un élève autiste, mais il convient également très bien aux plus jeunes. Attention, pour la reliure, c'est un poil galère, il faut que tout soit bien aligné !
Le principe est peu ou prou le même que l'outil collectif, seulement j'ai rajouté au dos le picto de la question précédente. Cela montre bien l'évolution de la pensée. Cette idée vient d'une maîtresse surnuméraire de mon département, je ne sais plus qui, on avait échangé par mail mais pas moyen d'y remettre la main dessus... si par hasard quelqu'un la reconnaît je la citerai avec joie ;)

 

Les différentes pages à imprimer en recto / verso, et la couverture.


3. L'outil à projeter 


Pour les fans de vidéoprojecteur : je vous laisse la version "sans couleurs" ou la version "3 couleurs" (code utilisé pour dire : les étapes à faire AVANT de commencer, PENDANT et APRES).


4. L'outil fiche
 
Réservé aux plus grands, il permet d'être autonome dans son travail, l'élève peut s'y référer quand il veut. Idem, en version "sans couleurs" ou la version "3 couleurs" (différentes teintes de gris vu que c'est destiné à être photocopié).


Si cela peut vous aider dans votre choix, j'avais élaboré une petite fiche "Cheminement" pour peser le pour et le contre de chaque rendu !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire