samedi 11 février 2017

Montessori... mais pas trop !

Par le biais de cet article je ne vais peut être pas me faire des amis, mais cela fait trop longtemps que je l'ai sur le bout du clavier...
 
C'est indéniable, Montessori a le vent en poupe. On en parle beaucoup (parfois, à tort et à travers, en véhiculant des clichés erronés...), on se questionne tout autant.
Même si je suis très heureuse que cette pédagogie se démocratise, je regrette malgré tout les excès et erreurs que cela engendre, parfois.
 
Dans l'offre commerciale autour de Montessori (formations, ateliers...), c'est un peu comme chez les psychothérapeutes : il y a à boire et à manger, dans la mesure où n'importe quel quidam peut s'étiqueter "Montessori", "esprit Montessori", d' "inspiration Montessori", sans que l'on sache vraiment ce qui se cache derrière ces appellations. Et c'est là que le bât blesse, certaines personnes - et parfois avec la meilleure volonté du monde hein, je ne pense pas qu'il y ait des truands à chaque coin de rue - dénaturent totalement cette belle philosophie de vie. Heureusement aussi que dans le lot il y a des gens qui font un super travail en toute connaissance de cause !

A mon humble avis, pour être sûr-e d'être à peu près dans les clous, il faudrait A MINIMA 
- avoir de solides connaissances théoriques sur l'état d'esprit Montessori en ayant lu des ouvrages de Maria (et ne pas se contenter de ce que la tante du cousin de l'oncle a dit une fois) ;
- s'être pas mal remis en question sur sa posture d'éducateur / de parent (pourquoi je choisis cette voie ? En quoi est-ce que cela me correspond ? Est-ce que ça colle avec ma vision du monde, de l'éducation ?) ;
- être au clair avec ce qu'on propose, pourquoi on le propose, à quel moment on le propose, comment on le propose (et s'être entraîné à le faire) ;
- avoir du joli matériel à manipuler (attention, je n'ai pas dit de laisser l'équivalent du PIB français en achat de matériel, ça serait un peu le comble, mais être vigilant dans ses fabrications pour ne pas tomber dans le cheap) ;
- être capable de se remettre tout le temps en question.

Après, je trouve que s'approprier les principes de base et les faire siens est un gros plus. On peut imaginer un matériel pas estampillé Montessori à la base mais qui sera tellement bien pensé, tellement dans la lignée de Maria, que ça sera une vraie réussite. Par exemple, ma collègue et copine Nathalie fait des choses géniales pour ses élèves ; Géraldine propose également des documents d'une grande qualité, sans oublier bien sûr le merveilleux blog d'Anaïs (et il y a plein d'autres PE ou éducateurs qui font un boulot formidable) !

Je suis également lasse des boutiques surfant sur la vague et proposant un matériel soit-disant Montessori alors qu'ils sont complètement à côté de la plaque et mènent à des aberrations. Voici un exemple : 
Les HORRIBLES BARRES.


En connaissant un minimum Montessori, on voit bien que type de matériel ne respecte pas les bases (pour creuser un peu la question, je vous invite à lire cet article).

Après, on peut ressentir ses limites et avoir besoin d'une formation (et il n'y a pas de honte à ça, ça arrive à des gens très bien !). Pour bien la choisir :
- Prendre le temps d'étudier l'offre, ne pas se jeter sur le premier truc trouvé près de chez soi. Partir loin, si c'est pour avoir la formation de ses rêves, est un sacrifice (matériel, financier) qui vaut le coup. Je l'ai fait donc je sais de quoi je parle !
- Ne pas hésiter à se renseigner sur les formateurs-trices, c'est important d'avoir en face de soi quelqu'un avec qui on a une même vision des choses ;
-  Fuir les formations à distance. C'est un tel non sens pour moi... vu tout le matériel existant, comment se l'approprier sans le voir, sans le manipuler ? Comment avoir des réponses à ses questions "à chaud" ? Comment ne pas voir pour de vrai une classe ? Et aussi, l'aspect humain est important, je suis heureuse d'être restée en contact avec certaines personnes parties en formation avec moi !

Sinon, pour les présentations et exploitations de matériel, j'aurais deux références vraiment sérieuses à proposer : les livres de l'Ecole Vivante et les petits Montessori de Sylvie d'Esclaibes (qui existent en français et en maths pour les 3/6 ans... à suivre, la collection va s'étoffer !). 

Bref, pour résumer le fond de ma pensée : essayez d'adopter un regard critique face à des blogs / documents / livres / matériels dits "Montessori". Regardez si les critères de base (auto-correction, autonomie, esthétique, présence d'une seule difficulté) sont bien respectés. Attention aux diverses offres (formations, ateliers) : choisissez quelqu'un avec qui vous et/ou votre enfant accrochez, qui sait où il va et qui propose des choses de qualité.

On se retrouve la semaine prochaine pour fabriquer un super outil nature, utilisable en toutes saisons !

10 commentaires:

  1. E-XA-CTE-MENT !!
    Je ne l'aurais pas mieux dit, mais j'en pense tout autant !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me fait vraiment, vraiment très plaisir ! Merci !

      Supprimer
  2. moi aussi, du même avis ...et ça m'écoeure un peu !

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Ravie de voir qu'on partage mon point de vue... merci pour ton commentaire !

      Supprimer
  4. Bonsoir, je suis tout à fait d'accord avec ce que vous dites mais permettez moi de mettre un bémol sur les références que vous préconisez.
    Autant, je n'aurais rien à redire sur les documents de l'école vivante si l'on parle bien des "Pas à pas" qui sont plutôt destinés aux éducateurs, parents, etc...
    Pour ce qui est des livrets de Sylvie d'Esclaibes je rejoins totalement ce que disait Marie-Hélène Barbier sur son blog (je ne retrouve d'ailleurs plus son article???) ces petits livrets qui eux sont destinés aux petits apprenants ne bénéficiant pas (forcément) du matériel Montessori.
    Pour ce qui est des formations, je dirais que c'est un peu comme le matériel, certains ont senti le filon et se jettent dedans sans vergogne, les établissements les + connus. On s'est tous fait avoir au moins une fois en tant que novice mais c'est aussi comme cela qu'on progresse et qu'on apprend après tout !
    merci pour cet article, de temps à autre ça fait du bien lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas la première fois qu'on me fait cette réflexion avec laquelle je ne suis pas d'accord. Les petits Montessori. Cela peut être un très bon complément au matériel (pour moi l'étape de manipulation est INDISPENSABLE). Cela permet de travailler le dernier levier de l'apprentissage : l'entraînement.
      Pour le reste... merci :)

      Supprimer