lundi 6 février 2017

Apprendre à tresser

Salut par ici !

Je m'excuse de ma non-régularité sur ce blog (je m'étais fixée l'objectif d'un article par week-end) mais j'ai eu pas mal de contrariétés de toutes sortes ces derniers temps, et pas trop la tête à bricoler je l'avoue... ce ne sont pourtant pas les contenus qui manquent !!! Puis, en triant mes affaires (c'est une manie chez moi), j'ai retrouvé quelques petits trucs qui m'ont donné envie de m'y remettre.
On commence très soft avec un bricolage très facile et très bon marché. Même avec 2 mains gauches dans des moufles, vous pouvez y arriver !

C'est une activité toute simple qui permet de travailler concrètement la motricité fine et les compétences exécutives (mener un bien à projet, gérer sa frustration...). Elle peut être une première étape vers le tissage (je rajouterais une étape intermédiaire dont je vous parlerai prochainement...).
Pour cela, vous avez besoin d'une petite planche style planche à pain (j'ai trouvé la mienne en magasin de loisirs créatifs pour 1,20 euro...) et de rubans ou fils de coton.


Jusque là, tout va bien.


Si vous utilisez 3 rubans (je ne vous conseille pas le satin qui a tendance à glisser et rend donc la tâche plus difficile), il va peut être falloir agrandir un peu le trou, soit avec mes moyens du bord, soit avec une mèche très fine histoire de ne pas éclater le bois. J'ai opté pour des brins de coton (deux brins de chaque couleur, légèrement entortillés).



Vous égalisez les longueurs et faites un petit nœud solide derrière pour que les brins de coton ne passent pas par le trou.


Comme j'aime beaucoup travailler par terre (et je permets aux élèves que j'ai en classe de le faire), j'ai bloqué la planche avec mon pied pour que le tressage soit plus facile et les fils bien tendus.



Elle est pas merveilleuse ma tresse ? Elle peut devenir un bracelet à offrir ou se greffer sur une barrette, par exemple.
J'aurais envie de proposer, dans le cadre d'une classe, des brins de différents camaïeux de couleurs afin de laisser le choix aux enfants. Il faudrait cependant réfléchir à une façon simple d'installer les brins. J'avais imaginé les attacher à une petite aiguille à laine pour les faire passer facilement dans le trou...



Pour le côté auto-correctif, le visuel suffit (la tresse n'est pas régulière / harmonieuse...). Cependant pour aider l'enfant après avoir fait une présentation, je ne serais pas contre laisser un petit pas-à-pas de de ce style.


Et parce que souvent on me demande "mais que fais-tu de tes enfants pendant que tu fabriques du matériel ?"... ben ça arrive souvent qu'ils participent. Tout ce qui n'implique pas de peinture ou d'objet vraiment dangereux style scie ou perceuse (où j'ai besoin d'être très concentrée et où un moment d'inattention pourrait avoir des conséquences dramatiques), ils m'accompagnent. Dès que Mademoiselle Seconde a marché (c'est-à-dire très tôt), ça a été carrément plus facile. En plus c'est une enfant très autonome ; à partir du moment que tu lui expliques ce que tu fais et que tu es pas loin d'elle, elle est contente. Là par exemple pendant que je fabriquais le support à tresser, elle a sortis tous les brins de coton de leur contenant, les a triés ("Regarde maman j'ai fait un dessin !") puis les a rangés. Et ça, deux fois. En ce moment elle est à fond sur les couleurs et le tri / rangement, on en reparlera très vite.

L'oeuvre d'art de l'enfant seconde.


C'est pas merveilleux sensoriellement parlant ?!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire