vendredi 15 juillet 2016

Boîte des couleurs n°3

Les copains, j'ai fait une méga folie, de celles qui te font te sentir tel une super héroïne une fois que tu les as finies.

J'AI FABRIQUE LA BOITE DES COULEURS N°3 (ou 4, ça dépend si tu comptabilises celles avec les petits pions trop choupis qui introduisent la notion de dégradé - d'ailleurs j'ai trouvé une solution pour la fabriquer, une nuit, sur les coups de 2h du matin -). Toujours avec les mêmes dimensions pour les tablettes que les boîtes N°1 et 2 : 3,5 sur 5,5 cm.

Franchement, je ne m'y étais pas vraiment préparée, c'est l'enfant aîné qui m'a dit, las de manipuler la boîte n°2 : "dis, c'est trop facile pour moi, t'as pas quelque chose de plus difficile ?" (bon, soyons honnêtes, la fabrication a été looooooongue, et depuis l'intérêt du gnome s'est décalé sur les jetons rouges. FAITES DES GOSSES BON SANG).


 Voici le résultat final. Franchement, le jeu en vaut la chandelle !


On va pas se mentir, avant d'obtenir ça, j'ai quand même passé un nombre d'heures conséquent : presque 2 heures par dégradé (pour les 2/3 couches de peinture + le découpage des bords + le vernissage + l'assemblage). Il y a 9 couleurs, je te laisse faire le calcul....

Voici quelques petits conseils si la folle envie de fabriquer ce matériel te prenait :

- J'ai utilisé de l'acrylique. A mon avis ça devrait fonctionner avec de la gouache aussi (avec une couche de plus car le rendu est un peu plus transparent).
- Pour un rendu bien lisse (un vieux coup de pinceau mal placé est vite arrivé), ponce légèrement avec un grain fin entre 2 couches. Fais des couches très fines, sinon c'est moche, quitte à en faire 3 pour certaines couleurs.
- Mélange bien les couleurs avant d'appliquer sur la tablette. Sinon tu vas te retrouver avec une tablette tricolore ou deux faces aux couleurs différentes. ET CA, C'EST LE MAL.
- Les tablettes sont en medium 5 mm. Je suis pas dingue au point de les avoir découpées moi-même : je laisse le sale boulot aux mecs du service découpe bois de mon magasin de bricolage. Autant te dire que je suis leur pire cauchemar ; quand ils me voient arriver ils claquent du fessier sévère (non, en vrai, on est méga potes, limite on se tape dans le dos. Et j'ai ma phrase magique : "CAY POUR LES N'ENFANTS", ça marche à tous les coups).
- Le bord noir est découpé dans de la baguette pour relier les documents (6 mm). Avec un paquet, j'ai pu faire les 3 boîtes des couleurs, vu le prix de revient (moins de 3 euros), c'est méga rentable. Par contre, prépare-toi psychologiquement, c'est chiant à couper.
- Prévois pas mal de sopalin à portée de main, toujours utile en cas de débordement intempestif.


Bon, ce n'est certes pas super écolo, mais à la guerre comme à la guerre. 


- Pour le séchage : j'ai commencé avec la technique dite "du garde à vous" :

 Laisse tomber, essaye même pas, c'est trop relou, les tablettes se tombent les unes sur les autres et ruinent ton travail. J'ai beaucoup juré à ce stade-là de la fabrication.

  
 
  Voilà la technique dite "du winner". Même si le bord de ta tablette touche la baguette de séchage, ce n'est pas grave car elle sera camouflée par le bord noir. AHAHAHAH appellez-moi Machiavel.
  

- N'oublie pas de bien colorer TOUTE la largeur de ta tablette car elle ne sera pas cachée par le bord noir. J'avais oublié ce léger détail et quelques petites retouches sont à prévoir.

Maintenant, passons au cœur du problème : obtenir un joli dégradé, ni trop brutal, ni trop proche.

La couleur du milieu est la même que celle présente dans la boîte n°2 (donc la 4ème en partant du haut sur les photos), c'est pourquoi je t'invite fortement à fabriquer les 2 en même temps. Pour être honnête, je n'ai jamais réussi à réobtenir certaines couleurs (violet, rose, orange), j'ai donc dû les refaire. 
Si tu veux te simplifier la vie, utilise le moins possible de couleurs mélangées pour la teinte intermédiaire (donc pas dur pour les couleurs primaires, le noir et le blanc) : si tu peux acheter un orange, un rose, un violet tout prêt, ça va te rendre la vie plus cool.
J'ai commencé par cette fameuse couleur "centrale", que j'ai ensuite foncé en 3 tons, puis éclaircie en 3 tons également. Le top du top serait de partir de la couleur de base et de la foncer (ou de l'éclaircir) progressivement, mais il faut vraiment être sûr-e de ne pas avoir besoin de faire des retouches sur la couleur précédente, ce qui est assez rare il faut le dire. Pour moi, le risque est trop grand ! J'ai donc avancé par tâtonnement expérimental, je m'y suis parfois reprise à deux fois, j'ai positionné les tablettes les unes sur les autres pour voir, je les ai prises en photo... bref, j'y suis allée tranquille. Moi qui déteste les activités méditatives, ben franchement j'ai bien aimé faire ça. Et le but de fabriquer du matos... c'est aussi d'y prendre du plaisir !


Petits trucs qui m'ont aidé
- Pour foncer une couleur, on utilise sa complémentaire (par exemple, pour mon dégradé de jaune, j'ai foncé avec du violet, une pointe à chaque fois).
- Avoir 2 teintes de la même couleur (2 bleus, 2 verts...), ce qui n'était pas le cas à chaque fois. Mais si tu le peux, c'est un vrai plus.
- ATTENTION !!!! La teinte que tu obtiens dans ta palette sera toujours un poil plus foncée sur ta tablette !!!


Un exemple des 7 teintes créées.








DERNIERE CHOSE !!! Le coût ! Donc 2 euros 50 de baguettes que tu utiliseras pour les boîtes 1 et 2 (tu auras même le droit de te planter quelques fois), 4 euros environ de bois pour les tablettes. J'avais l'acrylique héritée de feu mon pépé. Bref, une fabrication hyper rentable...

  Allez, bonne fabrication à toi. Et ici je te dis comment faire la boîte de rangement :-D

4 commentaires: