vendredi 1 avril 2016

Alphabets mobiles

A ma connaissance, il existe deux alphabets mobiles chez Montessori. Le premier - de façon logique - est sensoriel : on peut toucher les lettres, les attraper (on l'appelle "grand alphabet")... le second est plus abstrait, avec ou sans lignage.



Grand alphabet mobile. Il est en mousse, matière agréable à toucher, facile à découper et TRES bon marché!
Source des lettres : je ne m'en souviens pas du tout... mais c'est toujours la même technique : lettres imprimées à l'envers et collées sur la feuille en mousse.


J'ai fabriqué la boîte de rangement en bois et je te propose un tuto ici !



Alphabet mobile n°2, trouvé sur le super blog de ma collègue Fofy et remis à ma sauce niveau couleurs. Elle m'a gentiment autorisé à mettre ma version ici (clic pour télécharger), mais je reprécise bien qu'elle est l'auteure de l'original ! Ma version est moins nette que la sienne, vu que c'est de la bidouille :)


Le code couleur "bleu pour les consonnes, rouge pour les voyelles" peut être inversé ; l'important est de toujours bien utiliser le même code.
Dernière précision : les alphabets sont en cursif car ils servent à la formation de mots, et plus tard de phrases. Et comme on écrit en cursif, on utilise la même police !

Une fois ces petites merveilles créées, il a bien fallu penser à réaliser une boîte pour les ranger.
JE VOUS RACONTE PAS LA GALERE DE MALADE.
Donc si mon expérience peut aider quelqu'un, ça sera toujours ça de pris !

J'ai suivi le tutoriel de Fofy (voir lien plus haut). J'ai voulu fabriquer la boîte en carton-bois. Eh ben comment dire ? PLUS JAMAIS !!! C'est la matière la moins agréable au monde à travailler, une vraie horreur. C'est très dur à couper (même avec un cutter de top qualité, j'ai changé la lame au moins 4 fois), les finitions sont moisies (MAIS ça se ponce bien, ce qui permet de limiter la casse), ça a été très dur de faire les encoches sans tout casser au passage... et pour couronner le tout, ça coûte un bras et la couleur n'adhère pas bien dessus (voir plus bas). Bref, un super mauvais rapport qualité / prix / temps passé à se prendre la tête / résultat.


  

En voilà de la finition moisie ma bonne dame. 


Au début je me suis dit : "vas-y, ça me soule, j'en ai marre, tant pis ça restera comme ça". Et quand je regardais cette maudite boîte, je pensais "NON, je PEUX PAS la laisser en l'état, c'est trop moche, soit tu fais bien les choses soit tu les fais pas". Alors je suis partie acheter du kraft gommé dans mon magasin préféré de loisirs créatifs.





Le kraft gommé récupère bien les imperfections.



Les fameuses barrettes delamorkitu, une fois poncées hein.



Pour uniformiser la couleur, j'ai tout bombé en noir. Fausse bonne idée : la couleur adhère très mal sur le carton-bois (la faute à ma bombe ?) et la texture du kraft se devine encore, j'ai pratiquement vidé cette dernière... et j'ai eu un mal de chien à emboîter les barrettes, qui étaient pourtant bien découpées. Et là, j'avais le choix : laisser tomber ou..... trouver une solution. De toute façon, il y avait un sacré jour entre la structure de la boîte et les croisillons, les lettres glissaient des casiers et se mélangeaient. J'ai donc utilisé les grands moyens : un bon coup de masse de M.E. pour tasser le tout ! Bon, avec le recul, j'ai méga-honte, mais j'ai essayé de défaire les barrettes pour les re-creuser mais ça a été mission impossible, j'allais tout arracher. Et n'empêche... ça a bien marché !



Hé hé, j'étais sur un autre projet en parallèle, d'où les doigts parme !



Bon, le résultat final est honorable, mais vu le temps que j'ai mis et l'envie omniprésente de tout envoyer paître, ça n'a pas été très rentable. Par contre, c'est super solide.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire