mercredi 21 mars 2018

Compter - fabriquer son matériel Montessori

Cela fait plusieurs semaines que Valérie Maëstre, éducatrice, formatrice en pédagogie Montessori et co-fondatrice de l'école d'Albi (voir l'association Grandir avec Montessori), m'a gentiment envoyé son ouvrage "Compter - fabriquer et utiliser son matériel Montessori" (merci encore Valérie <3). Il détaille l'apprentissage de la numération de 0 à 10 en pédagogie Montessori, et petit plus non négligeable, il propose des pas à pas pour fabriquer tout le matériel nécessaire.

J'ai donc eu le temps de le lire en long, en large et en travers afin de pouvoir vous en faire un petit compte-rendu !


Vous savez combien cela me tient à cœur de fabriquer mon propre matériel, pour des raisons éthiques et économiques (et si vous ne le saviez pas, c'est chose faite !). On trouve finalement assez peu de tutoriels vraiment valables, qui permettent de fabriquer de jolies choses à des prix abordables, et on se retrouve parfois aussi démuni qu'une poule devant un couteau... d'où mon envie d'ouvrir ce blog il y a 2 ans !

Le livre de Valérie se décompose en deux parties complémentaires : un manuel pédagogique (qui permet d'avoir de solides bases théoriques) et un cahier technique (qui contient les détails des fabrications).




La première partie est écrite de façon claire, sans fioritures mais avec précision. J'aime vraiment beaucoup la plume de Valérie, qui rend le complexe si évident ! Il y a pas mal d'illustrations, pour moi qui suis visuelle c'est vraiment une aide, et cela rend plus léger l'ensemble. C'est vraiment très, très complet, vous êtes sûr de tout savoir sur les débuts de la numération chez Montessori.




La seconde, qui va servir à fabriquer le matériel, est très détaillée. Même si vous n'avez jamais bricolé de votre vie, vous pouvez vous lancer sans trop d'appréhensions tant le pas à pas est clair et bien expliqué. Une défonceuse est souvent utilisée, mais je pense que c'est adaptable sans (c'est un plus au niveau de la solidité et sûrement de l'esthétisme, mais pas un indispensable selon moi). Le rendu est vraiment magnifique pour des prix tout à fait raisonnables !
Même pour moi qui suis (un peu) formée et qui ai fabriqué pas mal de matériel, j'ai appris de nouvelles choses et je n'aurais pas à me casser la tête pour fabriquer le rangement de mon serpent positif, ça fait quand même bien plaisir ;)




Cadeaux bonus à la fin de l'ouvrage : vous avez accès à des ressources via des codes QR ; cela permet d'avoir des supports de belle qualité sans perdre du temps à les chercher sur le net !


Bref, si vous hésitiez encore à l'acheter, vous pouvez y aller les yeux fermés, c'est un ouvrage vraiment riche et complet.
Merci aux éditions Mango et à Valérie pour ce joli présent !


 Compter - fabriquer son matériel Montessori, Valérie Maëstre, éd. Mango, 17 € 50 environ.

dimanche 11 février 2018

Dix questions pour réussir / Apprendre en dix questions

Je fais aujourd'hui une grosse digression par rapport à Montessori pour partager avec vous un outil hyper intéressant sur lequel nous avons beaucoup travaillé sur mon département, et qui a questionné pas mal de collègues : "Dix questions pour réussir" ou "Apprendre en dix questions".

Cet outil m'a été présenté, ainsi qu'aux autres maîtres surnuméraires d'Ardèche, par Thierry Soutoul (PEMF) et Cynthia Schmitt-Starck (coordinatrice du dispositif Plus de maîtres que de classes l'an passé). Les images utilisées dans les documents m'ont été également fournies par cette dernière.

Il s'inscrit dans le mouvement de la pédagogie explicite, et permet d'offrir des repères dans le déroulement d'une séance d'apprentissage. Les élèves qui possèdent les codes scolaires n'ont pas de difficulté à se repérer dans les différentes étapes ; mais pour la majorité des élèves que nous côtoyons, ce n'est pas le cas. Dix questions pour réussir (DQPR) permet donc de lever les implicites liés aux apprentissages. Bref, cela apporte une certaine clarté cognitive, montre qu'une séance d'apprentissage est liée aux précédentes, qu'il existe une certaine invariabilité dans les différentes étapes d'apprentissage (je me suis très largement inspirée de la fiche de préparation de Thierry Soutoul pour mettre au clair les objectifs de DQPR).

Concrètement, pendant certaines séances (pas toutes, sinon ça serait très chronophage voire même contre-productif), nous nous appuyons sur dix questions très précises pour guider les élèves durant les différentes phases d'un apprentissage :

1. Dans quelle matière allons- nous travailler ?
2. Qu’avons-nous appris la dernière fois ? 
3. Qu’est-ce-que je vais apprendre dans ce travail ? 
4. Qu’est-ce que je dois faire ? De quel matériel ai-je besoin ?
5. Comment vais-je faire ? De quels outils ai-je besoin 
6. A quoi doit ressembler le travail fini ?
7. Est-ce que mes premiers résultats sont corrects ?
Est-ce que je dois changer ma façon de faire ? Ai-je besoin d’aide ? 
8. Est-ce que j’ai réussi ? Pourquoi ?
9. Qu’est-ce que j’ai appris ?
10. Que dois-je retenir ?


A noter : nous nommons "matériel" les objets concrets nécessaires pour réaliser la tâche (un crayon, le cahier du jour...) et "outil" toute aide possible pour la réussir (cahier de leçon, affichage...).

Les enseignants ayant un peu de bouteille passent bien souvent par ces étapes mais de manière inconsciente : l'outil permet de poser ça. Les collègues débutants s'en servent pour préparer leurs séances, et vérifier qu'ils n'ont pas oublié une étape.

Nous autres maîtres surnuméraires avons été formés à cet outil, puis nous avons chacun adapté le(s) support(s). Sur mon école, nous avons fait le choix de l'utiliser du milieu du CP au CM2. Les collègues ayant des attentes très diverses sur le rendu visuel, j'ai fait plein de choses différentes que je partage plus bas avec vous !


1. La version "outil collectif papier"

Les questions sont chacune sur une bande de papier coloré (qui cache la question suivante), les pictos sont en face de la question, de la même couleur. Les couleurs n'ont pas d'importance, mais bien penser à harmoniser le picto et la question.



Je vous laisse en téléchargement les étiquettes questions et les pictos (ici et ).

2. L'outil individuel

Je l'ai créé à l'origine pour un élève autiste, mais il convient également très bien aux plus jeunes. Attention, pour la reliure, c'est un poil galère, il faut que tout soit bien aligné !
Le principe est peu ou prou le même que l'outil collectif, seulement j'ai rajouté au dos le picto de la question précédente. Cela montre bien l'évolution de la pensée. Cette idée vient d'une maîtresse surnuméraire de mon département, je ne sais plus qui, on avait échangé par mail mais pas moyen d'y remettre la main dessus... si par hasard quelqu'un la reconnaît je la citerai avec joie ;)

 

Les différentes pages à imprimer en recto / verso, et la couverture.


3. L'outil à projeter 


Pour les fans de vidéoprojecteur : je vous laisse la version "sans couleurs" ou la version "3 couleurs" (code utilisé pour dire : les étapes à faire AVANT de commencer, PENDANT et APRES).


4. L'outil fiche
 
Réservé aux plus grands, il permet d'être autonome dans son travail, l'élève peut s'y référer quand il veut. Idem, en version "sans couleurs" ou la version "3 couleurs" (différentes teintes de gris vu que c'est destiné à être photocopié).


Si cela peut vous aider dans votre choix, j'avais élaboré une petite fiche "Cheminement" pour peser le pour et le contre de chaque rendu !

mardi 30 janvier 2018

Le pluriel des noms

Suite à ma formation de cet été, je m'étais attelée aux séries pour travailler le pluriel des noms.
Après de précieux retours de Marie-Hélène (je vous cache pas que j'étais un peu passée à côté au début...), je suis enfin en mesure de vous proposer un document correct !


Ce travail a été assez conséquent, donc tout retour sympathique est le bienvenu :) (et si vous constatez une coquille, n'hésitez pas également à me le faire savoir).

Pour ranger les 9 séries, vous pouvez adapter les pochettes proposées sur le site 1,2,3 Montessori, elles seront parfaites.





Place aux documents  ! Vous pouvez télécharger les noms ici (version noir sur blanc ou blanc sur noir), et les déterminants (à imprimer sur du papier bleu clair) !

A très vite pour de nouveaux documents Cuisenaire...

vendredi 8 décembre 2017

Réglettes Cuisenaire mes amours (nouvelle édition)

Cet article fait suite à celui-ci ; il permet de nouveaux apports en lien avec les réglettes Cuisenaire striées. Je propose un document en fin d'article qui peut également être utilisé avec les réglettes "classiques".

Eh oui, cela semble être assez confidentiel, mais il existe bien des réglettes Cuisenaire striées. J'avais évoqué cette option dans l'article cité plus haut, et ces dernières m'ont permis de régler bien des soucis techniques et m'ont permis d'adapter toute la progression Montessori avec ce matériel, que j'affectionne tout particulièrement. 
Le lien avec le matériel Lubienska se fait tout en douceur, c'est vraiment génial !

La question que tout le monde me pose : mais où les trouver ? Ne vous cassez pas la tête : les moins chères sont commandables sur le site Montessori s'amuser autrement. De rien, c'est cadeau. Bon, on les trouve aussi ailleurs plus chères, ce n'est pas bien sorcier à trouver, un bon moteur de recherche sera votre meilleur ami.


LES ADAPTATIONS POSSIBLES


Les serpents positif et négatif

J'ai acheté sur le site Tout pour le jeu des cubes blancs et gris. J'en ai peint certains en noir, et j'ai assemblé tout ça à la colle à bois. Puis un petit coup de vernis pour fixer la couleur.




Pour le serpent négatif, même principe. Bon je n'avais pas assez de gris en stock (je voulais déjà voir si l'idée était réalisable), et j'envisage de faire une teinte différente de gris pour surcompter au-delà de 5. Je viens de voir que la couleur argentée vient de sortir, ça peut être une piste à creuser...



Et j'ai créé des petits cavaliers en carton pour aider au comptage, c'était vraiment pas compliqué.



Les chaînes de cent et de mille


Pour la chaîne de 100, il suffit d'acheter un paquet de 10 dizaines Lubienska (environ 2 euros), de les pré-percer avec une tige très fine, d'insérer le piton à vis, et de lier le tout avec de petits anneaux. Vraiment très rapide à faire, Melle Seconde m'a même aidé à mettre les pitons, je n'avais plus qu'à serrer avec un tournevis glissé dans l'anneau pour ne pas me faire mal aux doigts (merci M.E. pour l'astuce).
Vous voilà avec une chaîne de cent à un prix défiant toute concurrence (moins de 5 euros tout matériel compris).





Canon <3


Même principe pour la chaîne de mille, comptez une petite quinzaine d'euros pour les 100 dizaines, et je dirais à la louche autant voir un peu moins pour les pitons et anneaux (en achetant en gros, c'est sûrement bien plus avantageux).


Maison des décompositions

J'ai adapté ce matériel pour qu'il corresponde mieux à la notion de "tapis" qui existe chez Cuisenaire, afin de faire prendre conscience des différentes égalités. J'ai choisi également de creuser la partie où se trouve le nombre à décomposer afin d'aider l'enfant à associer une quantité au nombre écrit. 
Je n'ai pas de photos de maison vide, mais j'ai évidé chaque "étage" afin que les réglettes rentent parfaitement. Pour le 7 qui est noir, je me suis servie du modèle sur fond blanc comme un pochoir et je l'ai repassé au Posca blanc.
Si le coeur vous en dit, vous pouvez vous inspirer du chouette travail de ma copine Ti'Loustics pour créer un contour en bois ; ce qui est moins nécessaire vu que les réglettes ne roulent pas (quand je vous disaient qu'elles étaient géniales <3 ).
Gros gros succès à la maison, mon fils les a faites "en conscience" (il a bien compris que 2+4 faisaient 6, vu qu'il le travaille aussi à l'école d'après ses dires), et ma fille de 3 ans a réussi à les remplir de façon "sensorielle", l'auto-correction était vraiment une aide ici.


Canon aussi, quand elles sont remplies c'est vraiment chouette !

 
Ranger les barrettes

Bon, le seul point négatif, c'est que les barrettes sont vendues "en vrac"... pour plus de praticité il est préférable de leur construire une p'tite boîte.
Je vous laisse les dimensions des miennes ci-dessous ainsi que le matériel nécessaire (pour deux boîtes, j'en ai eu pour 8 euros environ, ce qui reste très raisonnable). Vous n'aurez besoin que d'une scie à onglets et de la colle à bois pour la réaliser.


- un tasseau de 27 x 9 mm (pour le tour)
- un tasseau de 23 x 5 mm (pour les séparations)
- un morceau de medium de 22 x 23 cm (épaisseur 3 ou 5 mm) pour le fond
- un morceau de medium de 22 x 23 cm (épaisseur 10 mm) pour le couvercle.





Pour éviter que le couvercle se balade, vous pouvez utiliser 4 petits morceaux de tasseau de 5 mm d'épaisseur à coller aux 4 coins.



 
A télécharger

Et comme je suis très sympa, je vous laisse avec quelques petits documents bien utiles pour travailler avec ces merveilles :

Jeu auto-correctif pouvant compléter la table de Seguin n°2 : c'est ici !
Le support écrit pour le petit escalier de perles : c'est par là. Et la version modifiable : de ce côté
Enfin, les jolies maisons des décompositions sont à télécharger ici...

lundi 27 novembre 2017

Ranger les symboles (banque des quantités)

Oh la la, ça fait un sacré moment que je ne suis pas passée par ici... ce n'est pas l'envie qui manque mais le temps et l'énergie. J'ai eu pas mal de petites interventions autour de Montessori par le biais de mon boulot, ça a été très riche mais cela m'a demandé du temps de préparation afin de répondre au mieux aux questions des collègues ! Je me sens vraiment chanceuse d'avoir ces opportunités car c'est quelque chose que j'adore faire et qui complète formidablement mes interventions dans les classes...

Question ressources, je vous ai promis depuis longtemps un article sur le matériel Cuisenaire et les adaptations possibles, juré je ne l'oublie pas, j'ai juste pris un retard monstre sur ce que j'avais prévu. Il me manque un outil à fabriquer, je dois rassembler tous les documents que j'ai créés, et je mets tout ça en ligne d'ici une semaine / 10 jours maximum (bon, maintenant que je l'ai dit publiquement je ne peux plus me défiler...).

Aujourd'hui, je voulais partager avec vous une fabrication toute simple dont je ne vous avais jamais parlé... incroyable mais vrai ! Il s'agit d'un rangement pour les grands et petits symboles pour la banque des quantités.

 
Hello beauté <3


Bon, je n'ai pas un mérite de fou, ça a dû me prendre environ 5 minutes collage compris, mais n'empêche que ça fait bien le job (je suis un peu une psychorigide du rangement, et même si je sais qu'à partir de 6 ans l'ordre à moins d'importance qu'avant, je trouve ça toujours intéressant de présenter un matériel de façon esthétique et claire, je trouve que ça aide beaucoup les élèves "foufouillous" (qui partent dans tous les sens quoi) à s'organiser.

Je suis partie d'un plateau de chez Action relativement long (1 euro 50 si ma mémoire est bonne, la ruine me guette), plus j'ai simplement créé les séparations avec un tasseau fin, en fonction de la taille de mes symboles, et enfin je les ai fixées à la colle à bois. A droite j'ai eu de la place pour les signes opératoires. La taille est vraiment idéale comme vous pouvez le constater.  
J'ai mis 3 petits symboles pour pouvoir avoir plus d'enfants utilisant le matériel (chacun tenant un rôle).
J'ai rajouté des élastiques pour éviter que les symboles ne se baladent de trop lors de mes (nombreux) déplacements. 
Vous pouvez utiliser ce plateau de rangement avec le tapis des opérations (ou pas d'ailleurs).

Dernière précision ; j'ai acheté les symboles sur un site appelé www.montessoriandco.com, mais je pense qu'il a fermé car il est dans les choux. A retester plus tard...

A bientôt !!!

dimanche 29 octobre 2017

Au secours, je me lance !

Ca y est !
Fasciné-e par la simplicité enfantine et la clarté de mes tutoriels (un petit coup de brosse de temps en temps, ça ne mange pas de pain), vous êtes décidé-e à vous lancer dans la merveilleuse aventure de la fabrication maison.
Que ce soit pour vos élèves ou vos enfants (voire les deux, bande de petits fous-fous), je vous propose une liste tout à fait non exhaustive et subjective du matériel qui, selon moi, constitue une bonne base pour commencer. Cette dernière est le fruit de 2 années de fabrication intense de matériel, et je crois qu'elle m'aurait bien servi pour éviter de m'éparpiller dans tous les sens !

Quelques petites recommandations générales pour commencer :
- dans la mesure du possible, ne soyez pas trop pressés pour fabriquer du matériel de "grande envergure", comme la mallette de phonologie. Demandez autour de vous si on ne peut pas vous dépanner, faites des vides-grenier, farfouillez dans les magasins, réfléchissez bien à l'utilité de chaque fabrication... bref, prenez votre temps, la précipitation est souvent mauvaise conseillère.
- Essayez de vous projeter un peu... mais pas trop. Je m'explique : il y a possibilité de garder des tas et des tas de choses : contenants, rubans, chutes de tissus, qui pourraient s'avérer bien utiles par la suite... essayez, objectivement, de vous demander si tel ou tel objet pourrait réellement vous servir, s'il est assez joli, assez en bon état, d'une constitution assez solide... et n'hésitez pas à re-trier vos trésors de temps en temps pour voir avec le recul ce qui ne servira à rien, voire de partager avec d'autres personnes (je ne suis pas du tout quelqu'un qui entasse donc parfois je dois me faire un peu violence).
- Si vous n'êtes pas du tout bricoleur-euse, ne vous lancez pas dans des projets ahurissants pour commencer. Pensez modeste, pensez efficace, pensez réussite. Rien de pire pour l'estime de soi que d'être dans l'échec, je ne vais pas vous faire un dessin. N'hésitez pas à vous faire la main sur des petits projets accessibles, vous prendrez quelques habitudes qui seront bien utiles pour des choses plus complexes. Vous pouvez également adapter : customisation d'un plateau déjà existant au lieu de le construire vous-même par exemple.
- Je le dis dans de nombreux articles, mais VRAIMENT, ne vous embêtez pas à couper les supports vous-mêmes. Contentez-vous d'assembler, c'est déjà pas mal. Jouez sur la corde sensible sans aucun scrupule : vous allez aider des enfants. Chaque minute de gagnée est hyper importante, croyez-moi.
- Evitez les peintures en bombe : ça semble à première vue être le bon plan, mais c'est un non sens écologique, et en général il faut plusieurs bombes par projet (je pense notamment aux lettres rugueuses). Bref un gouffre financier, pour un résultat parfois bof bof (coulures). Je vous propose une alternative plus bas.

Allez on y va ! 


UNE SCIE A ONGLETS MANUELLE

Permet de faire de jolis angles, et des coupes droites nettes. Très simple d'utilisation, super bon marché, elle a tout juste. Même M. Aîné (6 ans) l'utilise, sous surveillance bien sûr (n'appelez pas les services sociaux).






DE LA COLLE A BOIS DE BONNE QUALITE


J'utilise la marque Sader depuis des années, elle ne colle pas les doigts, et est super costaude (j'ai arrêté il y a bien longtemps de clouter mes boîtes, et 0 souci).





 DES CLOUS A TETE PLATE (ET UN PETIT MARTEAU)

Vendus en vrac au rayon quincaillerie (environ 1 euro 20 le petit sachet), ils sont très utiles pour plein de choses. Un bon basique.
Prenez un marteau avec une tête pas trop lourde (même si vous êtes un homme viril), c'est plus facile à manipuler pour du cloutage de précision.


(source




UN PETIT ROULEAU LAQUEUR ET DE LA PEINTURE LAVABLE A L'EAU

L'idéal est de la peinture pour les meubles. De petits pots sont suffisants. Le bleu et le rouge sont souvent utilisés chez Montessori, donc vous pouvez investir dans des plus gros modèles, à condition de bien fermer les pots. Là aussi, guettez les promos, les fins de série.
Je recommande la peinture lavable à l'eau parce que ça évite l'utilisation de produits chimiques pour détacher le rouleau et l'entretient est bien plus facile (en bonne grosse feignasse, il suffit de le laisser tremper toute une nuit dans une bassine d'eau chaude, et de le rincer grossièrement le matin pour obtenir un rouleau tout propre prêt à être réutilisé).






UNE PLASTIFIEUSE ET DES FEUILLES DE BONNE QUALITE

Il me semble difficile d'éviter la plastification, même pour une utilisation à la maison. Le papier seul s'abîme vite, et ce qu'on a créé peut toujours servir à d'autres.
J'ai fait le choix tout personnel d'investir dans une plastifieuse un peu chère, mais d'excellente qualité (plutôt qu'en acheter une crouilleuse par an). Cela fait 9 ans que je l'ai et elle est toujours opérationnelle (malgré la cadence infernale à laquelle elle est soumise). J'ai le modèle Saturn A3 de chez Fellowes, et j'en suis vraiment ravie. Je leur suis fidèle pour les feuilles à plastifier : jamais eu un souci de décollement, tenue nickelle dans le temps. A une époque j'utilisais une sous-marque à l'école : le carnage... encore une fois l'investissement est un poil plus important mais le rendu est valable pour des années.



Voilà un petit "pack de base" pas trop cher pour débuter sereinement. Bon bricolage (je vous prépare de mon côté un nouvel article sur les réglettes Cuisenaire et l'utilisation que j'en fais cette année, ainsi que des documents à télécharger) !

dimanche 15 octobre 2017

Livres pour lecteurs débutants

Avant d'avoir des mômes, je n'étais pas une grand fan de littérature jeunesse (j'ai pris option musique au CRPE, souvenirs souvenirs).
Je pensais que ça se résumait à Tchoupi et Petit Ours Brun (honte à moi), et j'avais envie de mourir.
Puis je suis devenue mère, et j'ai voulu le meilleur pour mes enfants. Alors... je m'y suis mise. J'ai découvert plein d'auteurs trop géniaux, et j'ai kiffé les amis. 

Depuis un an, j'emmène les pikachus à la bibliothèque municipale une fois tous les 15 jours. C'est l'occasion rêvée pour Melle Seconde de me coller la honte devant une collègue qui a participé à un échange Montessori en se vautrant allègrement par terre et en cognant sur son frère... (sérieusement 9 fois sur 10 ça se passe super bien, et puis parfois la plus jeune des deux fond une pile, que voulez-vous)

M. Aîné, lui, est d'un tempérament plus posé. Il aime beaucoup côtoyer des livres, depuis tout bébé. Il était très impatient d'apprendre à lire. Après avoir présenté les bases de la combinatoire (il avait alors 4 ans et demi à l'époque), je l'ai laissé un peu se dépatouiller tout seul avec les livres. Quand il rencontrait un digramme inconnu (genre "on", "an"...), il demandait, et hop c'était reparti. Ma formation avec Marie-Hélène m'a confirmé mon intuition première, youpi !
Aujourd'hui, à 6 ans, il lit avec beaucoup d'aisance et de plaisir. Il est très fier de pouvoir lire des histoires à sa soeur. Je suis vraiment heureuse que cet apprentissage se soit fait tranquillement, sans stress et à son rythme, car je sais combien il peut conditionner la suite de la scolarité.
Bien sûr, on continue les lectures offertes, pour le plaisir.

Bref, tout ça pour dire que M.Aîné a fait ses armes sur pas mal de livres ces derniers temps.
Je vous propose donc une petite sélection - tout à fait subjective - d'ouvrages accessibles à de jeunes lecteurs, qui auraient besoin d'automatiser leur lecture. Les ouvrages que je vous propose ont été testés et validés par mon fils, aussi bien sur le fond que sur la forme. Les textes ne sont pas trop imposants histoire de ne pas décourager (et parfois certaines formules sont redondantes), les illustrations sont un bon support pour aider la compréhension, il y a de l'humour / de la tendresse / de la poésie / un peu des trois... bref, de jolis livres pour des apprentis lecteurs :)
ATTENTION ! Les titres avec une petite étoile à côté (*) signifient qu'il y a des animaux qui parlent. Pour les Montessoriens pur de dur, à vous de voir si c'est un souci.



La clé (Julia Woignier)

Mon coup de coeur du moment, je l'avoue. Un très chouette livre d'une très chouette auteure / illustratrice (ma ville organise une fête du livre jeunesse et on a eu l'occasion de la rencontrer, après son passage dans la classe de Melle Seconde), au graphisme réussi et à la poésie touchante. Gros gros succès à la maison.




En t'attendant (Emilie Vast)

 Mon deuxième coup de coeur. Très touchant, très aérien, un superbe livre tout en douceur.




Je ne m'appelle pas Bernard ! (Claire Cantais)

M. Aîné en rigole encore. Un petit bouquin déjanté avec une chute... surprenante !




 
Au-delà de moi (Vincent Bourgeau) 

On y parle d’altérité, d'ouverture sur l'autre et sur le monde.





Papa maman Anouk et moi (Jérôme Ruillier)

Un énorme succès auprès de M. Aîné. L'histoire d'une famille, poétiquement représenté par une corde.





Comment tu t'appelles ? (Gay Wegerif)

Des gommettes qui changent de place... et le monde est transformé !

 





Peur de rien (Céline Claire / Hector Dexet) *

De quoi a peur la souris. Du chat. Et le chat ? Ect. Une structure répétitive qui rend le livre très accessible.









Debout, couché ! ( Vincent Bourgeau, Cédric Ramadier)

Un livre rigolo sur les contraires, avec une structure répétitive.

  



A la sieste (Iris de Moüy) *

Les animaux sauvages n'ont pas très envie de faire la sieste... mais une petite fille saura se montrer persuasive !




Un petit cochon pendu au plafond (Jean Maubille)

Une variante assez rigolote de la comptine !




Fil à fil (Jeanne Ashbé)

Une petite histoire d'araignée ma foi bien mignonette.




Nous, quand on sera grands (J Leroy - M Maudet) *

Un détournement du célèbre "Petit chaperon rouge"... il faut avoir la référence pour comprendre le livre !








 
 Toute la collection des Garfield (les plus anciens) (Jim Davis)




Une fois que l'enfant a les bases pour lire une BD (signification de la forme des bulles, sens de lecture...), c'est du gâteau. Enorme succès à la maison où M. Aîné dévore les albums les uns après les autres (parfois je l'entends se taper des barres de rire tout seul). Bon après c'est un gamin qui pige super bien le second degré, et c'est absolument nécessaire pour comprendre l'humour garfieldien. Par contre les nouvelles éditions sont juste ignobles, décollement de rétine assuré, à fuir à mon sens.




BONNE LECTURE A TOUS !