samedi 24 juin 2017

Réviser l'histoire... en s'amusant

Je voulais vous parler du cube du binôme mais ayant eu un petit souci technique, je vais devoir repartir à zéro, et j'avoue que je n'ai pas l'énergie, en cette fin d'année caniculaire, de m'y remettre tout de suite...

Rien à voir avec Montessori (ce qui n'empêche pas que cette activité soit super valable), je vous offre en échange un petit jeu que j'avais fait pour des élèves de CM1. On s'était marrés comme des baleines :) je vous en livre la version 2.0, revue et corrigée.

Ce jeu est basé sur le principe du devine-tête, mais au lieu d'être une banane ou un éléphant, vous incarnerez des personnages historiques. J'ai essayé de balayer assez largement le programme de cycle 3, mais certains sont abordables dès les CE2. J'ai également intégré pas mal de femmes, souvent sous-représentées... j'ai hésité à mettre des personnalités telles que Robespierre et Hitler, puis j'ai trouvé ça trop dur de tenir ce rôle pour un enfant. Après, je vous donne plus bas la version modifiable pour que vous puissiez l'adapter à vos besoins ! J'utilise dans ce document la police "Script école".


Pour faire tenir la carte sur la tête, plusieurs possibilités :
- coudre un morceau de scratch sur une bande élastique et coller le second morceau sur le verso de la carte (solution que j'avais choisie) ;
- glisser la carte dans un morceau d'élastique (mais ça cache le nom)
- glisser la carte dans un bandeau ou un foulard (même remarque que plus haut).

Si vous voulez éviter de vider votre cartouche d'encre, vous pouvez choisir l'option "2 par page" sur la version PDF ; c'est plus petit mais la taille reste tout à fait acceptable !

POUR TELECHARGER :
- la version modifiable
- la version PDF

Amusez-vous bien et bonne fin d'année scolaire à tous !

samedi 17 juin 2017

Tout sur les fractions

Pour travailler les fractions, il existe (entre autre) deux types de matériel : les cercles et les tours.
L'avantage des cercles, c'est qu'ils sont découpés en 2, 3, 4, 5, 6, 8, 10, 12 et 20. Les tours, quant à elles, n'existent pas en vingtièmes. Après je trouve intéressant de présenter les fractions autrement que sous forme de camembert. A vous de voir !
Si vous avez vraiment très peu de budget, il existe des versions papier gratuites. C'est toujours mieux que rien...

J'ai personnellement investi dans les cercles et mon école possède deux jeux de tours (ce qui m'a bien été utile, voir plus bas). Vous trouverez dans cet article plusieurs documents fabriqués par mes soins permettant d'exploiter ce matériel.
Pour la plupart, il y a deux niveaux de difficulté : un vert et un rouge. Le premier correspond à une découverte, qui peut se résoudre avec le matériel ; le second demande à rentrer davantage dans l'abstraction. Les élèves sont obligés de passer par le niveau1 ; en cas de réussite, ils peuvent tenter le niveau rouge. Cela me permet de gérer l'hétérogénéité des niveaux et que tout le monde s'y retrouve.


 
Voici ma boîte de rangement, bien pratique.

Résultat de recherche d'images pour "tours fraction" 


I. LES FRACTIONS ÉQUIVALENTES

Deux cartes sont à associer ; une avec une fraction écrite, l'autre avec un dessin. Une seule possibilité à chaque fois. N'oubliez pas de coller une gommette de couleur différente pour chaque couple de fractions.
Pour télécharger, clic sur l'image !
(petite astuce si vous êtes une super buse en maths : 
- les fractions écrites dans la 1ère colonne vont avec les cercles de la 3ème colonne ;
- les fractions écrites dans la 2ème colonne vont avec les cercles de la 2ème colonne ;
- les fractions écrites dans la 3ème colonne vont avec les cercles de la 1ère colonne.)



https://drive.google.com/open?id=0B8EhjAvLM_dsZ2xxMUxySE05ZmM

 
Pour manipuler :
- Avec les cercles, on peut poser les fractions l'une sur l'autre pour voir si elles sont identiques.
- Avec les tours, on regarde si elles ont la même hauteur.
Pour plus de praticité, mon document est utilisable avec ces deux matériels, c'est pas merveilleux ?

Dans le document, vous trouverez également une nouvelle carte auto-corrective Vrai / Faux présentée comme celles d'En classe avec Montessori (voir lien vers le blog en bas d'article), tout simplement parce que j'ai 5 élèves par ateliers, et je voulais qu'ils aient une carte chacun.



II. DECOMPOSER UNE FRACTION


Pour ce jeu, il vous faudra deux exemplaires de cercles ou des tours.
Pour ceux qui auraient la chance d'avoir deux jeux de cercles, j'ai fabriqué en page 5 des fractions spéciales en vingtièmes. Il faut les plier en deux avant de les plastifier (j'ai fait ça pour ne pas gaspiller de papier vu qu'il n'y en a que quelques unes).
C'est à imprimer en recto-verso, en retournant sur les bords longs.
Clic sur l'image pour télécharger !

 https://drive.google.com/open?id=0B8EhjAvLM_dsM1lwR1NXelN5Nk0


III. ADDITIONS ET SOUSTRACTIONS DE FRACTIONS 

Pour les additions, c'est ici ; pour les soustractions, c'est de ce côté ! Et encore une fois, on imprime en recto/verso, option "Retourner sur les bords longs".
Quand j'écris "FE", cela signifie qu'il existe au moins une fraction équivalente. Selon comment l'élève se sent à l'aise, on peut lui en demander d'en trouver une, plusieurs... ou aucune !

 



IV. PLACER UNE FRACTION SUR UNE DROITE GRADUEE 

Je me suis servie des cartes trouvées chez la cybercollègue Mallory.
J'ai refait la droite graduée qui me semblait vraiment petite pour un groupe de 5 ; chaque joueur va symboliser sa position par une quille (vu le prix ça serait dommage de se priver).
J'ai crée deux versions : une qui possède plusieurs graduations (il suffit de poser son pion en fonction de son découpage (les tiers sur la droite graduée des en tiers...) et de comparer avec la position des autres, et une qui ne possède qu'une seule droite graduée (il faut donc convertir et c'est plus dur). Je les ai imprimées en A3 (sur 2 A4, je pense que je ferais un petit tuto tout bête pour expliquer comment faire si vous êtes en galère).


https://drive.google.com/open?id=0B8EhjAvLM_dsWDFCV0Jyckt6Umc


Et pour finir, si vous cherchez d'autres ressources sur les fractions, allez donc faire un tour du côté de chez En classe avec Montessori, c'est une mine d'or !

samedi 10 juin 2017

Le tapis des opérations

Depuis le temps que je dois vous en parler, voici ma version du tapis des opérations !
J'ai adapté les dimensions des tapis Montessori que j'ai pu voir car les cubes de perles mesurent 8 x 8 x 8 cm, alors que les cubes Lubienska mesurent 10 x 10 x 10 cm. Je trouve que la largeur va bien, mais à vous d'adapter si ça vous semble trop juste : les dimensions sont de 36 x 59 cm (prévoir 1 cm / 1,5 cm de coutures). Chaque colonne fait pratiquement 12 cm.

Je vous conseille la feutrine, qui permet d'éviter au matériel de glisser. C'est d'autant plus valable avec les perles ! Et ça tombait bien, il me restait un coupon pile de la bonne taille...
Pour le coudre, j'ai rentré la marge de tissu à l'intérieur et j'ai cousu le tour en noir sur l'endroit. C'est la même technique que pour les cadres d'habillage : pratique, propre, efficace et un excellent ratio rendu / difficulté.

Avant d'assembler les 2 épaisseurs de feutrine noire, j'ai cousu les colonnes sur un des deux morceaux. Elles sont symbolisées par des lignes dorées en zig-zag assez serrées et font 5 mm de large. A vous de faire les réglages sur votre propre machine à coudre (ne pas hésiter à faire des essais sur un vieux morceau de tissu avant de se lancer) ! Pour être sûre de tirer droit, je les avais symbolisées au préalable avec une craie à tissu.
L'emplacement de chaque "famille" mesure 9 cm ; je n'ai pas mesuré mes lettres mais le "d" doit être denviron 8 cm. Je les ai tracées à main levée, puis collées sur le tissu avec une colle spéciale. Rien ne vous empêche de les coudre si vous préférez. J'oubliais, elles sont elles aussi en feutrine (je ne répèterai jamais assez qu'il est indispensable de garder ses petits restes de feutrine, ça a mille utilités !), et il est possible de les réaliser en doré / beige... personnellement, j'ai voulu faire un clin d’œil aux timbres, qui est l'étape suivante.

Et voilà ce que ça donne :

 




Comptez une heure pour la couture / assemblage, la moitié moins pour les lettres. Bonne création !

samedi 3 juin 2017

Le tapis des saisons

L'anniversaire de mon grand approchant à grands pas, j'ai tenu à lui fabriquer un tapis des saisons. J'avais vu la présentation d'un anniversaire Montessori lors de ma formation et j'avais trouvé ça vraiment très émouvant. Cette année donc, pas d'anniversaire à thème, mais une célébration montessorienne !

Je vais détailler comment je m'y suis pris de façon très précise, afin que ceux/celles qui voudraient se lancer sans grandes connaissances en couture puissent y arriver. Il existe d'autres tutoriels sur le net, à vous de voir celui qui vous convient le mieux !

PETITS DETAILS TECHNIQUES :
- j'ai choisi un tissu polyester, aux couleurs bien brillantes. Il est très peu sensible au froissage. J'ai préféré ça à la feutrine, car j'avais peur que cette matière s'abîme très rapidement. En plus, c'était moins cher !
- il est doublé en toile cirée, parce que j'envisage de pouvoir l'utiliser en extérieur, et d'avoir un dessous facilement nettoyable. Après je sais que la matière est pas super clean... je l'ai bien aérée et lavée en machine avant de la coudre histoire de limiter les dégâts. Pour info : le crayon de papier résiste parfaitement au lavage.
- les dimensions sont données pour un tapis d'1m08 environ. Pourquoi cette dimension ? J'ai prévu d'acheter en complément la chaîne de l'année et qu'elle a un diamètre d'1 m 10. Cela permettra de la mettre donc pile autour du tapis. Libre à vous d'adapter en fonction de vos besoins !
- le bon plan, c'est de trouver un binôme de tapis... pour diviser par deux les frais de déco et de tissu (2 tapis passent dans une largeur de tissu, traditionnellement 1m40). Une collègue m'a pris mon surplus, ça évite d'entasser et tout le monde est gagnant.
- le tapis m'est revenu à 12 euros. Je me suis servie de mes chutes de feutrine pour décorer, il faut TOUJOURS garder ses chutes de feutrine, même microscopiques ! N'hésitez pas à demander autour de vous, les quantités nécessaires sont vraiment minimes...

Allez, c'est parti !
J'ai commencé par découper 4 quarts de cercle dans des carrés de tissu (60x60) de différentes couleurs : vert clair, bleu grisé, rouge, jaune. Je me suis servie de la technique du crayon attaché au bout d'une ficelle (ne prenez pas de fil extensible...). Je l'ai fait sur la couleur jaune, qui m'a servie de gabarit pour les autres. Chaque quart de cercle a un rayon de 55 cm.




Attention sur la photo j'ai positionné les quarts n'importe comment, juste pour avoir une idée... l'ordre des couleurs n'est pas bon, regardez les photos suivantes pour voir le bon ordre !


Ensuite, je me suis occupée de la décoration. Dans un morceau de polaire marron, j'ai reporté un patron d'arbre 4 fois. Je ne sais plus où j'ai trouvé le modèle, mais je me souviens que je l'ai bidouillé pour qu'il fasse 25 cm de haut.




Pour centrer l'arbre sur les tissus, j'ai tracé un trait en pointillé au milieu avec une craie, j'avais plié le tissu pour le trouver. Je l'ai maintenu avec 2 aiguilles et hop, du fil de coton marron. Cette étape a été assez longue. Ensuite, j'ai décoré chaque arbre selon mon envie. Pour l'arbre d'automne, j'ai cousu les feuilles jaunes avec du fil de coton orange (je précise parce que ça ne saute pas aux yeux sur la photo) : on reste dans le thème !
Petite exception pour l'arbre de l'été : j'ai d'abord appliqué un morceau de toile verte sur le tissu avant de rajouter l'arbre par-dessus (quand je vous dis que j'ai vraiment rentabilisé les chutes...).





Ensuite, il faut assembler les 4 pans. Attention à l'ordre des couleurs, j'en ai interverti deux et ça m'a bien gonflé de devoir tout défaire pour recommencer... commencez par assembler 2 x 2 quarts, puis les deux moitiés. Attention lorsque vous assemblez les deux moitiés à bien les centrer, sinon le décalage est assez moche. Voilà ce que ça donne retourné. Je vous conseille de surfiler ou de passer ou coup de ciseaux crantés histoire de limiter l'effilochage (j'ai commencé par surfiler avant de me rappeler que j'avais des ciseaux crantés........ no coment)



 


Enfin, il faut doubler le tapis avec la toile cirée. J'ai fait un beau rond de 1 m 08 de diamètre sur ma toile cirée grâce à ma collègue de CM1 qui m'a prêté son grand compas de classe ! Sinon, la technique du crayon et de la ficelle reste adaptée (plus délicate sur un cercle entier cependant).
Attention, c'est une matière assez fragile et pénible à travailler, il faut être très délicat. Posez vos deux épaisseurs endroit contre endroit. Centrez bien le tapis en tissu. J'ai procédé à une couture quart par quart, pour être sûre que ça se passait bien. N'hésitez pas à charger en aiguilles pour bien maintenir les deux épaisseurs, ça a tendance à tire-bouchonner sinon. Laissez une bonne ouverture (au moins deux mains) pour remettre sur le bon côté. Avant de retourner, un petit coup de surfilage ou de ciseau pour des finitions plus propres. En faisant une ouverture trop étroite j'ai déchiré ma toile cirée en retournant mon ouvrage ; ça arrive même aux meilleurs... heureusement j'ai plus d'un tour dans mon sac :)





Aplatissez bien comme il faut. Il ne reste plus qu'à fermer votre tapis avec un point invisible, très facile à faire.
Et voilà, votre tapis est fini ! J'ai rajouté entre temps des fruits dans l'arbre d'été et de la neige sur l'arbre d'hiver sur demande de mon loulou ! Une semaine à attendre avant de l'étrenner, le temps de trouver les photos...

C'est étrange, sur la photo on dirait que les quarts de cercle ne font pas la même taille alors qu'ils sont rigoureusement identiques (j'ai vérifié)...

dimanche 28 mai 2017

Les boîtes des fuseaux

J'avais fabriqué pas mal de matériel une première fois... pour les refaire un peu plus tard, car je ne les trouvais pas très beaux ! Parmi eux,  la boîte des fuseaux. Je vous livre donc ma version 2.0, hyper rapide et bien plus jolie, très largement inspirée de L'Atelier Montessori !

Pour 2 boîtes, il vous faudra :

En medium 10 mm
Pour les plaques avec les chiffres : 6,5 x 29 cm (deux morceaux)
Pour les côtés de la boîte : 3 x 14,5 cm (4 morceaux)
Pour le devant de la boîte : 3 x 29 cm (deux morceaux)

En medium 5 mm
Pour le fond de la boîte : 16,5 x 29 cm (2 morceaux)
Pour les séparations : 3 x 14,5 cm (8 morceaux)


Ne vous embêtez pas à tout couper : si comme chez moi les employés de votre magasin de bricolage sont super sympas, il le feront pour vous (et certainement bien mieux !!). N'hésitez pas à expliquer pourquoi vous avez besoin de ça, ils peuvent être sensibles à la démarche. Il vous suffit ensuite d'assembler le tout en vous aidant de la photo. A noter : chaque compartiment fait 5 cm.


Pour les chiffres, je les avais collés sur ma première version, mais franchement ce n'était pas très beau ni très pratique : certains avaient tendance à se décoller. Sans parler des chiffres pas très bien centrés... je vous conseille donc soit d'être très sûr de vous par rapport à l'emplacement des chiffres, soit de les faire une fois la boîte montée. Je me suis servie des mêmes pochoirs que pour les grands symboles... un petit coup de feutre noir (le medium absorbant la couleur, pas besoin d'indélébile) et le résultat est super propre.



Le fait que les boîtes soient empilables est bien pratique pour le rangement.

Pour les fuseaux, j'ai suivi les indications du lien donné plus haut, en choisissant des tournillons de 8 mm. Chaque fuseau mesure 12,5 cm, il m'a donc fallu 6 tournillons et j'ai eu un peu de rab (toujours bien en cas de fuseau qui se découpe mal). J'ai trouvé dans mes affaires une petite boîte cartonnée super solide pour les ranger, mais la fabriquer soi-même n'est pas bien sorcier. Vous prenez les dimensions de vos fuseaux et vous vous aidez de la "technique Henri" dont j'use et j'abuse depuis plusieurs années...

Allez, bon bricolage ; la semaine prochaine on fabrique un super outil pour pouvoir calculer !

samedi 20 mai 2017

La lecture de A à Z (ou presque)

Avant de commencer, je tiens à bien préciser que je ne me pose pas en spécialiste de Montessori, ni que ma façon de faire est la seule acceptable. Je vous livre le fruit de plusieurs années de réflexion et de pratiques de classe, j'ai pris beaucoup de temps pour monter cet article histoire d'être la plus exhaustive possible. Les documents que je partage sont à votre disposition ; mais merci de respecter mon travail en ne vous ne l'appropriant pas et en mettant des liens sur vos blogs vers ici plutôt que de publier les documents directement.
Tous les documents dont je parle sont téléchargeables en fin d'article.


QUEL MATERIEL ?

J'utilise depuis cette année le matériel pensé par Ti'Loustics. Elle a pu bénéficier des conseils de Marie-Hélène Barbier, rien que ça :) preuve s'il en fallait que ce matériel est de grande qualité. J'ai essayé plusieurs autres choses auparavant, et même les documents payants ne m'ont pas totalement satisfaite (progression un peu nébuleuse, manque de diversité dans le matériel, voire même aberrations à mon sens : par exemple listes de mots à lire avec le son "ch" alors que ce dernier n'avait jamais été abordé avant...). Bref, j'ai adopté les dictées muettes de ma cyber copine et franchement, je ne le regrette pas. Le matériel est beau, bien fait, très progressif et avec je comprends où je vais. Merci encore à Nathalie pour ce superbe travail, c'est un cadeau pour tous nos élèves !

En parallèle, j'utilise un alphabet mobile rose et bleu. Pourquoi ? Parce qu'il est la suite logique des formes à dessin qui sont de la même couleur... je l'ai fabriqué dans des pochettes plastiques, matériau solide et bon marché. Souvenez-vous, j'avais fait le premier dans de la mousse... je l'ai vendu à une collègue, il faudrait que je lui demande comment il a vieilli ! [edit : elle vient de me dire que leur destin a été assez funeste : sa fille les a déchirées... donc le plastique semble la meilleure option question solidité]
Mes lettres sont issues du site de Céline Alvarez. C'était celles qui me satisfaisaient le plus en terme de geste graphique (même si elles ne servent pas à proprement parler à apprendre à écrire, elles sont souvent manipulées par les élèves et restent imprégnées dans leur mémoire). Elles sont assez grandes. J'ai pris le même modèle pour faire mes lettres rugueuses histoire d'être cohérente.
J'ai également crée les di et trigrammes verts avec la même écriture (téléchargement en bas d'article).


Crois-moi, ça en a fait de la lettre à découper. Une de nos super AVS m'a bien aidée à avancer, MERCI VIRGINIE <3



Mes lettres rugueuses. Le grain est parfait mais le noir est pas l'idée du siècle (je n'avais pas le choix...) : c'est super salissant. La boîte vient de chez Gifi (ok niveau éthique on repassera...)



QUEL RANGEMENT ?

Les lettres étant plutôt balèzes comme dit plus haut, j'ai eu l'idée de fabriquer 2 supports qui s'encastrent l'un dans l'autre (dit comme ça, ça fait truc de foufou et en fait c'est tout bête)
La base est un rectangle en medium 3 mm de 53 x 41 cm (donc en deux exemplaires), le tour est fait avec du tasseau de 2,6 x 0,9 cm, et les cases avec du tasseau de 0,9 x 0,9 cm. Je vous mets une photo pour vous aider à vous organiser. Les toutes petites cases contiennent les accents et les points.



J'ai collé au dos d'un des contenants 4 petits rectangles découpés dans des chutes de medium 5 mm. Je les ai collés à 1 cm du bord, et je vous assure que ça permet une imbrication optimale. C'est tellement efficace qu'un jour, dans la précipitation, je me suis emplâtré un mur de plein fouet suite à un virage mal négocié. J'ai égratigné le mur et ma main, mais mes boîtes n'ont pas bougé d'un yota et les lettres sont restées parfaitement à leur place (même moi je n'en revenais pas vu la violence du choc).


Et hop, gain de place en prime.


Même principe pour les di et trigrammes. Les boîtes sont légèrement plus petites (42 x 39 cm) et le bord un peu moins haut (2,2 cm au lieu de 2,6 ; juste parce que c'était moins cher et qu'il y a moins de lettres en quantité !). Deux tasseaux ont été nécessaires. Il me manque un micro bout de tasseau pour séparer le "ai" et le "ou", je vais farfouiller dans mes chutes.

Imbriqué ou non.


Les boîtes sont même évolutives : j'ai fait les di-trigrammes en fonction de mes besoins, mais s'il fallait d'en créer d'autres, je peux en rajouter, AHAHAHAH (quand je vous dis que j'ai un peu bossé le dossier quand même). Il me suffira de créer une petite case supplémentaire sous le gn et le qu, cf. l'image suivante :



Pour les dictées muettes : j'avais dans mes affaires des petites boîtes à tiroir (pensées à la base pour la grammaire) ; deux sont suffisantes pour l'intégralité des séries.




Pour chaque couleur, les différentes séries sont dans des petites pochettes. J'ai investi dans cet appareil pour souder le plastique, encore sur une idée de Ti'Loustics (quand je vous dis que cette fille est géniale !!!). Cela permet d'avoir des rangements à la taille souhaitée et surtout, super durables dans le temps. L'investissement vaut le coup, vraiment !
 



J'ai rajouté une pochette pour chaque série ; elle contient la liste des mots de chaque série vue (l'élève peut la lire avec ou sans le support des images), des phrases courtes et des phrases longues décodables en fonction des sons vus par les élèves. Je n'en ai fait que pour la série jaune (téléchargeables en fin d'article). Mais j'ai un élève qui a bien décollé et qui termine bientôt la série orange, il faudrait que je m'active...



QUELLE ORGANISATION ? COMMENT SUIT-ON LES ELEVES ?

Je vous propose en fin d'article ma progression personnelle, avec les liens vers les documents que j'évoque.
J'ai également fait une progression pour les dictées muettes (inspirée de celle de Ti'Loustics, elle-même inspirée par une conversation qu'on a eue ensemble... bref !).
Pour le suivi des élèves, j'ai crée un outil en couleur ou en noir et blanc pour noter les mots qui encodés. Très utile pour savoir qui en est où...
Enfin, je propose également un suivi pour les phrases. On coche quand l'élève a su lire la phrase.
Le tout est en version modifiable, je l'ai pensé pour le groupe de 4 élèves que je suis, à vous de vous l'approprier !


ET CONCRÈTEMENT, CA DONNE QUOI ?

Cette année, je me sers de ce matériel pour accompagner des élèves en grande difficulté, histoire de leur proposer une entrée différente dans l'apprentissage de la lecture. Après, si j'avais une classe, je l'aurais utilisé dès le début d'année pour tous et chacun aurait avancé à son rythme... 
On est passé de "je ne comprends rien à comment fonctionne la lecture" à "j'arrive à encoder des mots simples", avec ou sans aide... "j'arrive à lire des mots", c'est aussi magique à voir ! Certains sont même dans la lecture de phrases, et les comprennent... la gymnastique nécessaire à la lecture commence à s'automatiser, les sons sont fixés à force de les répéter dans différents mots... ma collègue de CP m'a dit que c'était la première année que tous ses élèves étaient entrés dans la lecture.
Alors même si les progrès sont timides chez certains, même si parfois je suis usée dès 9h vu l'énergie que ça me demande, pour moi c'est une grande réussite.


ALLEZ, LES LIENS POUR TELECHARGER -->
Pour les di et trigrammes, c'est ici !
Pour ma version personnelle de la progression des dictées muettes, c'est !
Pour le suivi des élèves modifiable (avancement des dictées muettes), c'est de ce côté... à choisir en version colorée ou non.
Pour ma progression en lecture (avec tous les liens vers les documents glanés sur la toile), c'est juste ici...
Pour le suivi des séries (version modifiable), c'est .

POUR LA SERIE JAUNE
Pour les phrases courtes et longues c'est ici (modifiable) ou en pdf,
Pour le suivi des phrases, c'est .

POUR LA SERIE ORANGE
Pour les phrases courtes et longues c'est ici (modifiable). Sinon vous avez la version PDF avec les images à associer, ça aide certains élèves : . Vous en avez également chez Ti'Loustics.
Pour le suivi des phrases, c'est .

POUR LA SERIE ROUGE
Pour les phrases courtes et longues + les images à associer pour les phrases courtes, c'est .
Pour le suivi des phrases, c'est ici !

mardi 16 mai 2017

Sauvons les maîtres surnuméraires !

Vous ne le savez peut-être pas, mais depuis cette année je fais partie du dispositif "Plus de maîtres que de classes". Je suis maîtresse surnuméraire / supplémentaire, PDM, M+, bref appelez-moi comme vous le voulez. Je suis dans une école REP qui cumule les difficultés sociales et scolaires. 

Comme j'ai conscience que mon poste est assez méconnu du public non enseignant, en voici les quelques points-forts :
- Ma priorité est de remédier à la difficulté scolaire pour permettre à tous les élèves de maîtriser les compétences de base.
- Je n'ai pas de classe attitrée, nous faisons des projets avec mes collègues en fonction des besoins avérés des élèves. J'interviens en priorité au cycle 2 (CP / CE1 / CE2). Je vais également faire du lien entre la GS et le CP. Cela permet d'avoir une vision d'ensemble des pratiques pédagogiques sur l'école et de les "lisser" (utilisation d'un lexique commun, d'outils communs...).
- Le maître surnuméraire peut également aider les collègues à se lancer dans de nouvelles démarches pédagogiques qui permettent d'être au plus près des besoins des élèves. C'est là que ma formation Montessori est un gros plus. J'ai donc pu aider une collègue à se lancer dans des ateliers maths ; j'ai introduit et formé les collègues à de nouveaux outils, nous avons formé les élèves aux messages clairs...
- Mes modalités d'intervention sont très variées : j'anime une séance avec le - la collègue ; la collègue mène la séance / j'aide les élèves à se cadrer ; nous travaillons par groupes de besoin ; nous travaillons en groupes hétérogènes (avec rotation ou non) ; nous travaillons en parallèle sur la même notion ou pas du tout... bref, tout est possible et cela fait en partie la richesse du poste.
- Je ne suis pas une assistante de la-le collègue avec qui j'interviens : les séances sont pensées en amont, ensemble, et je garde toutes mes compétences d'enseignante.
- Spécificité de ma circonscription : une plage par semaine a minima est consacrée à l'observation d'autres collègues ; j'ai appelé ça sur mon école "échanges de pratiques". Soit un collègue est intéressé par ce qui se fait ailleurs (même hors de l'école !) et pendant son observation je prends sa classe, soit c'est moi qui vais observer. Ce dispositif s'est littérallement arraché dans mon école et cela a permis aux collègues d'avancer plus vite dans leurs questionnements professionnels (et cela a rassuré également les neo-titulaires).
- Le maître surnuméraire, ne nécessitant pas d'être remplacé, est souvent envoyé en formation et a un rôle de "passeur" auprès de l'équipe. Je trouve cette part du métier très riche, j'ai fait pas mal de formations et franchement, très peu ont été inintéressantes.
- Mon poste demande une grande adaptabilité (passer en 2 secondes de CP à des CM2, c'est une gymastique intellectuelle intéressante), une capacité à se remettre en question, le sens du travail en équipe, un goût pour la communication et une sacrée organisation pour ne pas perdre de temps et être rapidement opérationnel.

A titre d'exemple, voici comment va se dérouler ma matinée de jeudi :
- de 8h30 à 9h, j'ai un petit groupe de besoin en fluence (lire sans accrocs) avec les élèves de CE2 ayant le plus besoin de soutien et de stratégies claires. Pendant ce temps-là, ma collègue travaille cette compétence par le biais de petits jeux style virelangues.
- de 9h à 9h30, je suis en CP avec les élèves ayant un peu de mal à décoller en lecture. J'ai repris les bases : on est passé de "rien du tout" à "je sais encoder des mots simples avec aide", voire même pour certains à "lire des petites phrases en autonomie". Le reste de la classe avance sur la méthode choisie par ma collègue.
- de 9h30 à 10h, je file en CE1 pour une séance de copie explicite. On s'entraîne, on met en avant des stratégies. La collègue est là pour aider ponctuellement les élèves, les recadrer...
- de 10h à 10h15 je suis de service de cour :) . Si je n'ai pas eu le temps avant, j'en profite pour partager avec la collègue de CP sur l'avancement de la lecture, sur les résultats en fluence avec la maîtresse des CE2...
- de 10h15 à 11h25, je prends 4 groupes de CM1 en roulement, sur 2 activités différentes. Ma collègue en prévoit également 2, sur la même notion (en ce moment, c'est les fractions). Cela permet de découvrir la notion en petit groupe, voir très vite qui est perdu / qui peut avancer. Les activités sont plus ludiques, on manipule beaucoup, on fait des petits jeux autonomes...
- J'essaie de débriefer à chaud avec ma collègue. Une fois les élèves partis, on envisage la suite des ateliers, en fonction du niveau de compétence des élèves.
- de 11h40 à 12h, je fais de l'administratif : organisation de l'observation du lundi suivant, information à faire passer ("les CP ont une sortie mercredi prochain, qui a besoin de ma présence ?"), ou je prends plus de temps pour paufiner une séance avec le ou la collègue concerné-e.

Je me permets ce petit détail pour montrer que NON, ce poste n'est pas une planque, qu'on travaille aussi dur que n'importe quel autre professeur des écoles si on a un minimum de conscience professionnelle.

J'ai jamais caché le fait que j'adorais mon poste. Mais au-delà de mon petit confort personnel, ce dispositif est un vrai plus pour toute l'équipe enseignante, et bien sûr, pour les élèves. Le côté "transversalité" du maître surnuméraire permet de créer une réelle dynamique, de faire des liens, d'avoir une vision globale de la vie de l'école.
Or des inquiétudes planent sur notre avenir. M. Macron souhaite positionner les maîtres surnuméraires sur les fameuses classes de CP à petits effectifs dès la rentrée 2016. En nous maintenant sur une classe, nous ne pourrons plus assurer les échanges de pratiques, ni coordonner les actions au sein des établissements, ni bénficier des formations, ni accompagner les collègues dans leurs innovations pédagogiques. Cela serait, à mon sens, une grande perte.
Si vous le pensez aussi, je vous invite à signer la pétition ici. Bien sûr, vous n'êtes libres de ne pas adhérer à mon propos. J'espère qu'au moins vous en aurez appris plus sur le rôle des PDMQDC !

Retour à un article plus "habituel" ce week-end...