mardi 16 avril 2019

Fonctionnement en étude de la langue / grammaire

Je profite des vacances pour remettre un peu à jour le blog ! Et comme je l'avais annoncé il y a quelques temps, je vais vous parler de mon fonctionnement en étude de la langue.
Rien de vraiment révolutionnaire et pourtant, il m'a fallu pas mal de temps et d'échecs pour en arriver là ! 

J'avais commencé l'année avec un fonctionnement par ateliers tournants. 3 groupes, 3 activités, on tourne toutes les 20 minutes. J'avais l'immense chance d'avoir un maître surnuméraire pendant ces plages, ce qui faisait que seulement 1 groupe était en autonomie. Et pourtant... c'était la foire (pour ne pas dire autre chose...). Le groupe en autonomie ne travaillait JAMAIS, régnait un bruit du tonnerre dans la classe, ce qui pesait sur l'ambiance générale... et comme je suis très sensible au bruit, ça m'était vraiment pénible. J'ai essayé beaucoup de choses pour mettre ce groupe au travail, mais rien à faire. Pourtant, le travail en atelier et en autonomie n'était pas une découverte pour eux... j'étais un peu désespérée. Surtout que l'avantage des ateliers, c'est que la différenciation est facilitée, et je ne voyais pas comment faire autrement.

Alors j'ai fini par changer pas mal de choses : organisation de la classe, plus d'îlots (au profit d'un grand U devant le tableau et une rangée derrière), et changement de stratégie. J'étais bien décidée à trouver une solution ! Je crois qu'il m'a fallu cette expérience pour oser une approche plus montessorienne, même si au fond cela me faisait un peu peur.  


QUELS SUPPORTS ?
J'ai fait un tableau à double entrée tout bête (voir photo plus bas). J'en ai créé un par notion (l'adjectif, la pronominalisation, le verbe...) avec d'un côté les activités, de l'autre le nom des élèves.
Je commence chaque notion par la présentation adéquate, puis je mêle activités purement Montessori à des ateliers auto-correctifs. Je coche lorsque l'élève a fait et réussi l'activité, tout simplement.
Comme je vous l'avais déjà dit, mes élèves sont majoritairement non francophones et ont besoin de beaucoup s'entraîner. Lorsque la manipulation semble aisée, je passe à de petits entraînements sur fiche, assez classiques.
En parallèle, nous faisons un jogging d'écriture tous les matins ; j'essaye de trouver des activités en lien avec ce qui est vu en classe. J'ai maintenant une ligne en bas de tableau pour noter des idées.



QUELLE ORGANISATION ?
Les élèves sont TOUS en étude de la langue en même temps. C'est parfois un peu long de lancer tout le monde sur son activité. Mais une fois partis, les élèves peuvent rester facilement 45 minutes en progressant à leur rythme. Au début, je les faisais travailler par 2 (de même niveau bien sûr) histoire de me rassurer un peu, puis j'ai rapidement abandonné pour passer à de l'individuel presque pur. Dès que je sens 4/5 élèves prêts à passer à une nouvelle notion, je fais une présentation.


LA DIFFERENCIATION ?

Elle est également très facile, tout autant qu'en ateliers tournants, si ce n'est plus. Je sais exactement qui en est où, c'est vraiment chouette. Ca me permet aussi de faire le point de temps en temps, et quand personne n'a besoin de moi (ce qui arrive un quart de seconde toutes les périodes, ah ah ah), je prends un petit temps avec un ou deux élèves pour les rebooster. Je vois que mes bons élèves avancent à la vitesse grand V (je dois parfois imaginer des choses plus complexes, c'est très stimulant !), alors que ceux en difficulté vont plus lentement, mais c'est fait "en conscience".


DU COTE DE L'ENSEIGNANT ?
Je crois que le plus dur est de se lancer ; après, je ne vois que des avantages. Bon, soyons honnêtes, il faut quand même être un minimum organisé pour savoir qui a fait quoi, qui a besoin de quoi, sinon on peut être assez vite noyé. Et ne pas avoir peur d'être sur tous les fronts pendant le temps d'étude de la langue. Je lance très vite les meilleurs élèves car il comprennent vite et peuvent s'aider de supports écrits, et je prends plus de temps avec ceux qui en ont besoin. Cela me permet d'avoir des contacts individuels avec chacun tous les jours, c'est très important pour moi. J'utilise une chaise à roulette (nommée Simone suite à la proposition de mon amie Manuella) ("en voiture Simone" si tu avais pas la référence) pour circuler d'un élève à l'autre : pendant ces temps de travail, ils peuvent s'installer où ils veulent en classe.
Ah oui dernière chose, cela demande d'avoir une batterie assez importante de matériel auto-correctif, je me bénis d'avoir fabriqué autant de matériel pendant que j'étais maîtresse surnuméraire...


QUELS BENEFICES ?

Franchement, je ne reviendrais pas en arrière.
Le bruit dans la classe a drastiquement diminué. Tout le monde est au travail. Je suis beaucoup plus détendue et, de façon peut-être paradoxale, plus disponible et efficace. 


Voici mon petit retour d'expérience ; j'espère que cela pourra en éclairer certain-e-s et, pourquoi pas, aider à se lancer !

jeudi 4 avril 2019

Les chaînes alimentaires

Je pensais vous parler de mon fonctionnement en français mais... par manque de temps, ça attendra les vacances !

Place aux chaînes alimentaires. Je suis en train de travailler ce thème avec mes élèves, toujours avec le souci de manipuler au maximum, en suivant en gros cette séquence :
1. connaître le régime alimentaire de quelques animaux et le vocabulaire associé (à ma grande surprise, ça n'a pas été si simple...). J'ai laissé en classe un atelier autonome avec des figurines à trier.
2. comprendre le concept de chaîne alimentaire
3. comprendre l'interdépendance entre les espèces.

Je me suis énormément inspirée de ce que propose Entrez dans ma classe sur son vlog, en adaptant certains documents.

Pour la séance 2, nous avons commencé par regarder un super livre qui introduit très bien le thème : "Le tigre mange-t-il de l'herbe ?". Il est vraiment bien fait, je conseille à fond.
Cela permet de comprendre le sens de la flèche, qui signifie "est mangé par" et non pas "mange". Ca a été un grand débat entre les élèves !

http://ricochet-livres-jeunesse.fr/catalogue/ohe-la-science/documentaire-it/le-tigre-mange-t-il-de-lherbe-chaine-alimentaire/

Ensuite, par groupes, les élèves ont construit des chaines alimentaires. Elles sont très semblables à celles proposées par Entrez dans ma classe, mais je les ai faites horizontales (le sens "traditionnel" donc), et chaque groupe avait une chaîne alimentaire "terrestre" et "marine". J'avais mis au crayon le nom de chaque animal au dos des étiquettes. Il y a 4 modèles différents. Enfin, les groupes ont mis en commun leurs chaînes, et on les a comparées : elles commencent par un végétal, puis il y a un animal herbivore, et au bout de la chaîne on trouve les carnivores, super prédateurs. Les élèves se sont aperçus que la chaîne n'avait pas toujours le même nombre de maillons. Ce travail permet d'introduire le lexique en douceur... j'ai modifié le document que j'ai proposé à mes élèves car je n'avais mis que des oiseaux en bout de chaîne et ce n'était pas pertinent !

Enfin, pour la séance 3 (que je fais lundi), j'aimerais faire l'activité décrite dans cette vidéo : en gros, il s'agit de fabriquer une chaîne alimentaire sous forme de pyramide avec des gobelets. J'ai prévu un animal par enfant, et de la faire en collectif. Puis je leur raconterai une petite histoire, du genre : on utilise des pesticides pour détruire les pucerons, que se passe-t-il ? Des chasseurs exterminent les renards, quelles conséquences ?



 Pour la trace écrite, j'ai peu ou prou suivi celles de Charivari, avec une version à trous pour mes élèves en difficulté.


Allez, place aux documents !

Les chaînes alimentaires à fabriquer :


https://drive.google.com/open?id=1RCtfV2VBu5kN4ieqgfhoJ2ndG1oNKLE7


Les étiquettes pour les gobelets : 

https://drive.google.com/open?id=1GVlpwG1PPzhNjEMkbqDd2r8Fol9I6Vbv

vendredi 1 mars 2019

Ateliers autonomes en géographie / Questionner le monde

Comme promis, voici un petit article rapide sur les activités autonomes en géographie que je propose dans ma classe. Cette dernière étant TRES hétérogène, je fais beaucoup de séances de découverte en petits groupes, où je m'adapte à chacun. Il est important  pour moi que les groupes en autonomie travaillent aussi cette matière. Certains ateliers restent d'une période sur l'autre, d'autres tournent, en fonction des besoins et des demandes ! Bien sûr, je garde le matériel qui a été présenté et que les élèves peuvent prendre en autonomie (par exemple, on voit à droite la chaîne de l'année qui a eu beaucoup de succès).


Vue globale du meuble. Les étagères sont organisées en temps au dessus, espace en dessous (France / Europe / monde).


 Mon jeu des continents du monde, téléchargeable ici


 Les boîtes des continents. Je détaille leur contenu ici, j'ai juste condensé le meuble !


 Les reliefs de la France et les grandes villes de notre région. Pour la correction, j'ai rajouté une carte avec les villes indiquées ; le tout est mis dans un petit plateau.
Je me suis inspirée du blog Enfant bébé loisir pour faire la France, en prenant comme modèle une carte plastique que j'ai trouvé à l'école. J'ai utilisé de la pâte à modeler auto-durcissante de chez Action.


Le puzzle des continents de chez 123 Montessori. J'ai pris le puzzle en photo, j'ai rajouté le nom des pays, j'ai imprimé le tout en 2 A4 puis j'ai plastifié le tout.


 Les cartes de nomenclature des pays d'Europe. Elles viennent de chez Participassions.


 La carte des pays d'Europe et le carnet qui va avec, que j'avais fabriqué il y a quelques temps.


Des cartes à pince des monuments du monde. J'ai récupéré ce document sur un groupe facebook, je n'ai pas retrouvé la source ; si quelqu'un la connaît n'hésitez pas à me la communiquer !


 J'ai acheté chez Tout pour le jeu ce dé. Les continents sont écrits en anglais. On peut s'en servir de multiples façons, par exemple avec le jeu ci-dessous :


Le jeu "Les petits géographes" de chez 2 louveteaux homeschoolers. J'ai fait une version simplifiée du plateau.


 Les régions françaises chez Segpachouette.


mercredi 20 février 2019

L'adjectif qualificatif / le GN

Comme je vous le disais dans mon dernier article, j'ai vraiment tanné mes élèves avec le groupe nominal. Allez, on en rajoute une petite couche avec l'adjectif qualificatif !!!

J'ai trouvé pas mal de ressources sur le net (coeur sur vous les blogueuses, vous m'avez fait gagner un temps précieux !) : le jeu de l'adjectif logique chez Montessori mais pas que (qui a eu beaucoup, beaucoup de succès) et les documents proposés par Sylvaine d'En classe avec Montessori.

Je rajoute ma petite pierre à l'édifice avec deux documents sur ce thème :

Des cartes à pince autour du GN : choix entre nom, déterminant et adjectif. Certaines sont communes avec celles du blog ECAM, vu que je m'étais inspirée de la photo pour les commencer :)


 https://drive.google.com/open?id=1KF9CUIXlmLA-3tGYca8MoVdFA1rlSzDs
Clic sur l'image pour télécharger !


Et enfin, dans l'un des derniers ateliers, j'ai proposé (aux plus avancés on va pas se mentir) 4 séries d'étiquettes DETERMINANT / NOM / ADJECTIF à associer pour former un GN correct (au niveau des accords et du sens). Les 2 premières séries sont assez accessibles, les adjectifs sont toujours placés après le nom, les 2 dernières sont plus subtiles (accords, sens des adjectifs, adjectifs parfois placé avant...). Le but de cet atelier pour moi était aussi de leur apporter du lexique, et de rebrasser les différents déterminants. Je n'ai pas créé d'auto-correction, car même s'il n'y a qu'un seul couple nom / adjectif, les déterminants peuvent servir dans différents groupes tout en gardant le sens. Les élèves venaient me voir quand ils avaient fini une série (10 GN chacune, chaque série est numérotée pour éviter les mélanges).

https://drive.google.com/open?id=1yLkNXrxUN00kD-G3NxzzIOAf5m2FqVmb
Pas mieux que plus haut.


J'ai terminé le travail autour de l'adjectif qualificatif et des accords dans le GN par une petite description de monstre (chacun son monstre, tiré au sort. La plache que j'ai utilisée se trouve chez Lutin Bazar). Ensuite, on a étalé tous les monstres par terre, je lisais les descriptions et les élèves devaient deviner de quel monstre on parlait. Ca a été un très chouette moment qui a permis de mettre en évidence la nécessité d'être précis !


A tout bientôt pour de nouveaux documents... et si on parlait géographie la prochaine fois ???

jeudi 14 février 2019

Carte à pince choix du déterminant + affichage

Dans ma classe, je mets le paquet depuis le début d'année sur la grammaire. J'aurais sûrement l'occasion d'en reparler, mais j'ai testé douze mille façons de m'organiser, afin de rendre les élèves autonomes et actifs à la fois, et que chacun avance à son rythme... bref, ça aura été vraiment mon cheval de bataille (avec l'expérimentation de "Questionner le monde" 90% du temps en petits groupes, mais là aussi on en reparlera !)

En grammaire, j'insiste hyper lourdement sur la notion de groupe nominal et c'est par là que j'ai commencé. On le rebrasse très régulièrement ; je sais que si cette compréhension s'ancre vraiment, c'est un énorme pas de fait. La grande majorité de mes élèves est turcophone ; comme c'est une langue qui fonctionne très différemment du français, la maîtrise de ce dernier est parfois difficile.
J'ai donc créé pour certains de mes élèves un atelier de choix de déterminant. Non seulement il faut déterminer si le nom qu'il accompagne est masculin ou féminin, mais également s'appuyer sur le sens de la phrase pour trouver le plus logique.
C'est un atelier pas facile, qui est arrivé très tard dans l'étude du GN minimal, après avoir manipulé DES SEMAINES ENTIERES et avoir donné pleins d'exemples à l'oral. Tous ne l'ont pas fait, certains parce qu'il était inutile, d'autres parce qu'il était trop complexe par rapport à leurs compétences du moment.

Si cela peut vous intéresser, clic sur l'image !

https://drive.google.com/open?id=1PtrkrxluOnC4Fk51Dj8xtuTOp8VVL07s 

Bien sur on colle une petite gommette qui va bien derrière la bonne réponse.

J'ai fait aussi, à un niveau plus simple, un affichage pour se familiariser avec les correspondances entre déterminant singulier et pluriel. On s'en sert en rituel, pour mettre au pluriel une phrase au singulier. Avec les symboles Montessori of course, je le laisse également en téléchargement :

 


Sur ce je vous laisse, la prochaine fois on parlera peut-être encore grammaire... ou pas !

mercredi 6 février 2019

Modèle pour les symboles de grammaire à découper

Il y a quelques temps, je m'étais lancée dans la fabrication des symboles de grammaire en petit format. Grâce à la gentille participation de ma cybercopine Laurence, j'ai pu avoir ces symboles découpés à la machine, sur du papier épais de super qualité (250 g). Le crash test étant passé, je vous propose le document en téléchargement, en fin d'article. Franchement, je ne vous conseillerai pas de le faire à la main, ça serait un temps infini de découper toutes les formes, et comme les symboles sont petits ça risque de manquer de précision... essayer de voir si dans votre entourage quelqu'un n'a pas une Caméo ou un Silhouette, ça vaut le coup.
Bien sûr, les proportions sont respectées.

Il y a une page par symbole. Chaque page a été imprimée en double exemplaire. Ca en fait de la découpe !



Pour les ranger, j'utilise une boîte de chez Action, le paradis des enseignants, vidée de son contenu. C'est dans les rayons scrapbooking / bricolage, souvent ils proposent des petites décos à prix imbattable. Pour télécharger le document en pdf, cliquez sur l'image !

https://drive.google.com/open?id=1S1U8oiR6UJIAiocy8Mc96r2cBsLsyIVQ


Si vous avez une Caméo, Laurence partage avec nous ses documents, mille mercis à elle pour sa générosité, je suis sûre que cela va faire gagner un temps fou à plein de gens !


En classe, les élèves les utilisent comme pochoirs pour tracer les symboles, ou comme aide pour analyser des phrases plastifiées. Ils adorent :)

jeudi 17 janvier 2019

Les soustractions en autonomie (ou pas !)

Bonjour par ici... ça fait un sacré bail que je n'ai rien posté, je sais... mais reprendre une classe à temps plein n'a pas été de tout repos jusque là (je me suis quand même pas mal félicitée d'avoir un peu de matériel sous le coude, sinon je crois que je serais morte, écrasée par la charge de travail ^^). Depuis mon dernier article, j'ai fabriqué quelques petites choses malgré tout, mais je n'ai trouvé ni le temps, ni l'envie de le partager (ma dette de sommeil est déjà énorme !). Puis il y a peu, j'ai dû renouveler mon nom de domaine et ça m'a redonné le goût d'écrire... j'ai environ 12 millions de brouillons en attente, mais chaque chose en son temps.

Aujourd'hui, on va causer soustraction. J'ai fabriqué des cartes à partir du modèle trouvé sur le forum de Céline Alvarez et dont Dam1 est l'auteur (ça fait longtemps que je les ai faites, j'ai dû farfouiller un peu après avoir trouvé un exemple sur le site En classe avec Montessori).
Pour mes élèves les plus en difficulté, j'ai utilisé en illustration le matériel Lubienska que j'utilise en classe. Lors de la présentation, j'ai pris aussi le tapis que j'avais fabriqué (j'ai dû coudre les initiales car à force de rouler et dérouler, le collage n'a pas tenu le choc).


Voici les documents :
 

Soustractions statiques (sans retenue)

Soustractions dynamiques (avec retenue)

Vous devez les plier en deux pour une version auto-corrective, puis plastifier en laissant un peu de plastique autour pour maintenir les 2 côtés soudés.

Je les ai numérotées à la main (de façon assez aléatoire je dois l'avouer, la difficulté étant sensiblement la même pour chaque fichier) et voici une fiche de suivi individuelle si vous le souhaitez.

Par la suite, je propose la même chose avec les timbres, puis on tente sans matériel (parfois avec les lignes hiérarchiques pour aider à poser l'opération), ce qui n'est pas toujours évident, même quand la manipulation est bien comprise !

Allez c'est décidé, pour le prochain article je partagerai un document pour la grammaire (ça a été mon gros cheval de bataille en début d'année) ! D'ici là portez-vous bien ;)